Le logiciel MediaWiki a été mis à jour afin d’être plus rapide. Si vous observez des problèmes, veuillez laisser un message sur Le Bistro.
Il a été ajouté l’éditeur visuel pour faciliter l’édition (exemple) et un système de discussions amélioré (exemple).

Abbé Morice

De WikiNiort
Révision de 9 mars 2019 à 18:55 par Hier.Sainte-Pezenne (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
L'Abbé Morice lors d'un mariage en 1960
Relique de Sainte-Pezenne (Phalange).

Témoignage de l'Abbé Morice

« Je suis né en Bretagne à Lamballe dans le département des Côtes du Nord en 1904.

Elève au collège Saint Joseph de Lannion puis au Grand Séminaire de Poitiers, je fus ordonné prêtre en 1929.

Je fut nommé vicaire à Saint André de Niort où je suis resté 6 ans. Une même période de 6 ans m'a connu à Périgné.

En juin 1941, je fus nommé à Sainte-Pezenne, prenant la suite de l'Abbé Georges Touraine. Il y aura donc 50 ans en juin prochain que je suis à Sainte Pezenne.

Chaque année je rendais visite à mes ouailles.

Sur la route de Coulonges ma paroisse finissait à l'Octroi, rue de Grange. Au delà, la partie gauche en allant vers Niort relevait de Saint-Etienne.

La partie droite, ainsi que toute la côte Saint Hubert et l'avenue de Nantes jusqu'à Buffevent, était de Sainte-Pezenne.

Une troupe paroissiale de théâtre faisait plusieurs représentations chaque année.

Nous faisions des Kermesses sur le terrain vers la Grimpette, lieu-dit le Labyrinthe.(1) »

(1) Le "Labyrithe" est, aujourd'hui, un terrain privé, ce lieu jouxte le cimetière privé des Pastour de Neuville.

Informations complémentaires

L'Abbé Morice, fils de Jean-Marie Morice, palefrenier, et de Valentine Ménager, ménagère, est décédé à Sainte-Pezenne le 15 juin 1994 à l'âge de 90 ans.

Les obsèques ont été célébrées à l'église de Sainte-Pezenne le 17 juin puis il fut inhumé à Lamballe (Côte d'Armor), le 18 juin.

Il a été le dernier curé résidant à la cure de Sainte-Pezenne. Aujourd'hui, la paroisse est desservie par les Abbés de St Etienne de Niort.

L'Abbé Morice et les reliques de Sainte Pezenne

A l’époque des invasions normandes (IXème-Xème siècle), la Sainte Pezenne fuit jusqu'en Aquitaine son Espagne natale où règne des persécutions.

Après avoir longtemps marché avec sa compagne Macrine, elle meurt d’épuisement sur un coteau dominant la Sèvre Niortaise.

Des guérisons miraculeuses autour de son tombeau sont à l’origine d’un pèlerinage très fréquenté.

En 1101, Guillaume le Jeune d’Aquitaine fait don des reliques à Hugues de Vermandois qui les emmène dans sa capitale, Saint-Quentin.

La ville est prise en 1557 par l’armée de Philippe II d’Espagne. L’empereur remet la relique à sa sœur, impératrice d’Allemagne.

Cette dernière, à sa mort, la rend à son pays d’origine. Le corps de la Sainte est aujourd'hui déposé dans une chapelle du palais royal de l’Escurial de Madrid.

Une phalange de la religieuse est offerte à la paroisse de Sainte-Pezenne en 1955, (Voir photo) suite aux démarches de l’archiviste départemental des Deux-Sèvres, Maurice Béguin et de l’Abbé Morice.

Anecdote : faits divers en 1962.

Le 26 août 1962, vers 8h du matin, deux adolescents venus de la banlieue parisienne tentent d’ouvrir un tronc de l’église de Sainte Pezenne.

Ils furent peut-être inspirés par le film : " Un drôle de paroissien" dans lequel Bourvil interprète un aristocrate sans argent, peu habitué au travail.

Dans ce film, celui-ci, se fait alors pilleur de troncs d'église afin de nourrir sa famille...

Les deux adolescents ne pouvaient pas imaginer que le curé avait branché un système ingénieux d’alarme qui sonnait au presbytère quand on voulait ouvrir le tronc.

En entendant ce signal, le curé se précipite et ferme l’église à clé.

Les 2 jeunes voleurs pris au piège furent cueillis par les gendarmes de Niort.

Leur butin prélevé dans le tronc des cierges ne s’élevait qu’à 1 NF.

La générosité du curé avait ses limites, il est vrai que l’église de Sainte Pezenne faisait partie d’une longue liste des églises visitées.

Ces jeunes gens âgés de 17 et 18 ans ne passaient pas inaperçus, ils se déplaçaient sur une Mobylette rouge ornée de la photo de Johnny Hallyday...

Sources

  • Témoignage recueilli auprès de l'Abbé Joseph Morice - Mai 1991.
  • CO août 1962