Le logiciel MediaWiki a été mis à jour afin d’être plus rapide. Si vous observez des problèmes, veuillez laisser un message sur Le Bistro.
Il a été ajouté l’éditeur visuel pour faciliter l’édition (exemple) et un système de discussions amélioré (exemple).

BESNARD GIRAUDIAS Hélène

De WikiNiort
Révision de 29 octobre 2018 à 19:35 par WikiSysop (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Exposition : Rétrospective de son œuvre au temple de Chauray en août 2001. (photo 1)
Fresque N°2 : Chœur de l'église Saint Vincent de Paul à Niort. (photo 2)
Fresque N°1 : NR 1952. (photo 3)
Vue sur les Toits de Tuiles, aperçu des Vieux Ponts. (photo 4)

Article en construction : octobre 2018

Biographie simplifiée

Hélène Besnard Giraudias est née le 16 mai 1906 à Colombes (92), sa mère est Marie Anne Goron, son père Émile Giraudias, il est alors agent de location.

Elle se marie en 1931 avec Marcel Bernard, ils eurent 6 enfants et 70 ans de vie commune.

Marcel Bernard, ingénieur, fut directeur du Central Garage Renault au 14, Av de Limoges à Niort de 1937 à 1974.

Hélène Besnard Giraudias vécut dans son enfance à la Mothe-Saint-Héray, mais aussi à Paris.

Elle découvre la peinture à 7 ans, avec du matériel donné par son oncle : Jacques Nanteuil.

Elle se destina dans dès sa prime jeunesse à la carrière artistique.

Elle fut admise en 1927 à l’École Nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris (2ème de sa promotion).

Elle fut Élève de Pierre Laurens (1875/1932).

Hélène Besnard Giraudias décède à Niort, le 23 mai 2003 à l’âge de 97 ans.

Son œuvre artistique

«  Sa liberté, se serait celle qui consiste à passer d’un sujet à l’autre, au gré de l’humeur et de la rencontre... »

Ses œuvres sont nombreuses et variées, elle peignit plus de 4000 tableaux (Paysages, portraits, natures mortes, lithographies, etc…) :

  • Ses sujets sont des paysages de Niort, du Marais Poitevin.
Les « verts maraîchins  » particuliers utilisés furent nommés par l’École des Beaux Arts : " le vert Giraudias "...
  • Des vues de l’étranger, Grèce, canaux de Venise, Mooréa à Tahiti,
  • Des portraits : Ernest Pérochon (1938), Docteur Pierre Suire (1954), Chanoine Audouin (1933), Charles Roulleau (pianiste à Niort)...
  • Des natures mortes, bouquets…
  • Des illustrations... (Voir Photo 9)

Elle participe à de nombreux salons en France et à l’étranger.

Elle illustre d’enluminures et de lithographies :

  • En 1944, « Les images du Vieux Poitou  » (Enluminures).
  • En 1960, « À travers la Saintonge romane »  de Jacques Nanteuil, son oncle. (lithographies)
  • En 1961, « L’âme romane du Bas-Poitou  »  de Louis Chaigne.

Elles réalisent le chemin de croix et deux fresques dans l’église Saint-Vincent de Paul à Niort (1952 à 1954). (Voir Photo 2 et 3)

En 1974, à Sienne en Italie, elle relève les dessins d’aquarelle des 10 Sibylles sur le pavement de la cathédrale. (Voir Photos 6 et 7)

Un ouvrage d’art : «  Les Sibylles de Sienne  » est édité avec la participation, pour les textes, de Jacques Heurgon (Latiniste : 1903 / 1995).

De 1958 à 1992, elle a son atelier à la maison des artistes à Paris et fréquente les milieux artistiques parisiens.

Elle parcours le monde pour réaliser des œuvres et expose in situ :

-En 1963, à Venise.
-En 1964 et 1965, en Grèce. (Voir Photo 8)
-En 1966 et 1972, à Tahiti... (Voir Photo 5)

En 1994, elle s’installe définitivement à Niort.

Elle fut Lauréate de l’Académie Française, médaille de vermeil de la Ville de Paris...

Elle publie un livre sur sa famille : «  Le recul du temps  » où elle retrouve sur son arbre généalogique une apparentée avec Pierre Corneille (1).

(1) Pierre Corneille-Saint-Marc était le grand-oncle d’Hélène Besnard Giraudias.
Celui-ci est vraisemblablement un descendant du célèbre Pierre Corneille auteur de pièces de théâtre...
Pierre Corneille-Saint-Marc (1862/1945) fut médecin à la Mothe Saint Héray.
Il est surtout connu pour son œuvre littéraire et est le fondateur du théâtre populaire.

Elle y raconte ici la chronique de sa famille saintongeaise et poitevine,

Pour ce livre, elle s’appuie sur les correspondances familiales du XIXe siècle jusqu´à l’entre-deux-guerres..

On constate que la plupart de ses toiles sur Niort sont peintes à partir d’un point haut ou d’un balcon, exemples  :

Sa dernière exposition, rétrospective de son œuvre, fut au temple de Chauray en août 2001. (Voir photo 1)

Information complémentaire

Au nom d’Hélène Besnard-Giraudias, son fils a donné au musée Bernard d’Agesci, une série d’œuvres, esquisses, ouvrages imprimés dont elle est l’auteure ainsi qu’un important coffre d’époque Renaissance d’origine régionale.
Ce don a été enregistré sous le numéro d’inventaire 004.25.

Sources

  • Hélène Besnard Giraudias par Léon Lelong
  • Journaux régionaux (1954, 1966, 1993, 2001).
  • Le XXe Siècle en Deux-Sèvres.
  • Laurence LAMY, Directrice des musées Bernard d’Agesci & Donjon, Conservateur en chef du Patrimoine.
  • JMD
Cliquez sur l’image pour l’agrandir