Le logiciel MediaWiki a été mis à jour afin d’être plus rapide. Si vous observez des problèmes, veuillez laisser un message sur Le Bistro.
Il a été ajouté l’éditeur visuel pour faciliter l’édition (exemple) et un système de discussions amélioré (exemple).

Baignade à Niort jusqu’en 1965

De WikiNiort
Révision de 1 septembre 2021 à 08:30 par Hier.Sainte-Pezenne (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Article en construction 29 juillet 2021

Aux origines : des bains de rivière

Au moyen-âge et à l'époque moderne les liens entre les niortais et la Sèvre sont avant tout économiques notamment à travers les activités de son port et la chamoiserie et ses ganteries.

À partir du 19ème siècle de nouveaux centres d'intérêt pour la nature et les loisirs transforment la perception du fleuve. Des installations sont crées pour s'y baigner.
Ainsi, dès 1800, le plan du futur parc de la préfecture indique la présence « d'une école de natation ».
À la même époque des bains publics existent près des vieux ponts à l'emplacement des futurs « Bains Juin » qui ont remplacé les Bains Clerc.
La baignade se pratique aussi dans les écluses et aux abords des chaussées (Eaux-barrées) des moulins.

Cependant ce n'est qu'à partir des années 1930 que 5 lieux de baignades sont autorisés et organisés :

- dans la Sèvre à Sainte-Pezenne chemin des pêcheurs,
- à Niort au Pissot et à Comporté,
- à Saint-Florent au lac de Romagné,
- à Niort à la piscine Rougier.
- À noter que la baignade est également tolérée mais non organisée à Saint-Liguaire dans l'écluse de La Roussille.
1965 Piscine de la " Cloche "(Photo NR de 1962)

Les baignades dans la Sèvre

À Sainte-Pezenne, la baignade s'y pratique à partir de la chaussée en aval du moulin d'Âne, près du Pont de Surimeau.

On y accède par la Chemin des Pêcheurs. C'est une propriété privée. Elle est payante.
Elle comporte des cabines, un vestiaire et un bar (le tout en bois). On peut y louer également de canoës.
Un simple champ fait office de plage et de solarium. C'est donc un espace champêtre très rustique mais prisé des niortais.
Le lieu est nommé : Prairie de Surimeau, il est utilisé depuis le XIXe siècle (Voir photo de 1888).

À Niort : la piscine municipale du Pissot appelée aussi La Cloche (1).

Dès 1945, la municipalité ouvre une baignade d'été derrière le Jardin des Plantes.
Limitée par les chaussées des moulins du Pissot et de Bessac elle est aménagée avec passerelles, un bassin de 25m sur 10m d'une profondeur allant de 0,90m à 2,10m, plongeoir, cabines, plage et jeux d'enfants...
Elle possède une école de natation dirigée par un maître-nageur comme Georges Bonneau en 1956.
(1) La cloche servait, entre autres, à appeler le batelier du restaurant Fleuriau qui venait chercher ces clients.
1965 Piscine de l'Écluse de Comporté (NR 1965).

À Niort : Comporté (2)

Très tôt les abords de cette écluse construite en 1860 ont attiré les convoitises.
Dès la fin du 19ème siècle l'association « L'Aviron » y propose des embarcations pour naviguer sur la canal Saint-Martin jusqu’à l'écluse à la cale du port.

On y distingue 2 piscines : la Piscine de l’Écluse et la Piscine de l’Aviron (Avant le chute d’eau).

Cette association organise en été des courses d'aviron qui attirent un large public.
Après 1945, l'ASN fait de l'Écluse une piscine d'été avec petit et grand bassin séparés par un ponton.
Des jeux d'eau y sont organisés avec en particulier une roue (Voir photo).
Cabines et buvette sont installées côté Belle Île ; on y accède par une passerelle permettant de franchir la canal.
La piscine comporte également une école de natation.
En 1965, 170 garçons et filles sont inscrits aux cours du maître-nageur Alain Trouvé.
L'Écluse sert ainsi de bassin de natation à la belle saison.

L'ASN y organise aussi des compétitions régionales, des courses relais des matchs de water-polo, des concours de plongeon et même des galas parfois nocturnes.

(2) L'écluse est longue de 40m, large de 5m et d'une profondeur maximale de 2,50m.

Traversée de Niort à la nage

Dans l'entre deux guerres l'ASN (Amicale Sportive Niortaise) fondée par Emile Brisset organise dans le canal une course de natation : la Traversée de Niort.
Cette course dont le nom rappelle celui de la Traversée de Paris à la nage est organisée dès les années 1920 par L'Aviron et L'ASN.
En 1930, le parcours va de la cale du Port au café de Pierre Chamereau à la Belle Étoile soit 1500m.
Cette année-là, 37 nageurs forment 7 équipes : Stade Niortais, Chamois Niortais, Tritons de La Rochelle, Stade Saintais, Sporting Club Angérien, Club Nautique Poitevin et ASN.
La course attire plus de 2000 spectateurs. Le 1er nageur atteint l'arrivée en 15 min.
En 1933, le parcours est modifié. Il est long de 1750m de l'écluse de Comporté à la cale du Port aller et retour.
60 nageurs venant du département et de Charente Inférieure y participent.
Après 1945, l'ASN perpétue cet événement jusqu'en 1965.

Les baignades en dehors de la Sèvre

Piscine de Niort (1970), à droite : vue de la Cheminée " Gerbaud ".

Conclusion : La fin des baignades en rivière

Dès le début des années 1960, la piscine municipale du Pissot s'avère insuffisante.
La municipalité fait alors appel à 2 architectes pour construire un établissement en dur et en partie:couvert.
Le site choisi se situe en bordure de la Sèvre au Pré Leroy. Cette nouvelle piscine (Voir photo) ouvre en juin 1965.
Les autres lieux de baignade dans la Sèvre ferment alors progressivement.
Aujourd'hui cette piscine est en réhabilitation.
Sa Mise aux normes portent notamment sur la rénovation du bassin intérieur de 25m et sur l'aménagement du bassin extérieur de 50m en bassin nordique pour assurer une pratique toute l'année.
Le 30 juillet 1969, la municipalité de Niort a voté l'arrêté d'interdiction des « bains » dans le fleuve.

Sources

  • – Archives départementales Deux-Sèvres série 3S
  • – Internet : wikipedia, wikiniort
  • – Articles de presse : La Nouvelle République, le Courrier de l'Ouest
  • – Bibliographie : Daniel Courant « Histoire de Niort ».
  • Guillaume Porchet « La navigation sur la Sèvre Niortaise.
  • Texte : Maurice Vinck
  • Mise en page et illustration : Jean Michel Dallet
  • Hier Sainte-Pezenne
Cliquez sur l’image pour l’agrandir