Le logiciel MediaWiki a été mis à jour afin d’être plus rapide. Si vous observez des problèmes, veuillez laisser un message sur Le Bistro.
Il a été ajouté l’éditeur visuel pour faciliter l’édition (exemple) et un système de discussions amélioré (exemple).

Boinot Théophile et ses fils (Anciennes usines niortaises) : Différence entre versions

De WikiNiort
 
Ligne 35 : Ligne 35 :
 
==Théophile Boinot relance l’entreprise==
 
==Théophile Boinot relance l’entreprise==
 
'''Après la guerre de 1870, il a 31 ans, son père est décédé, il désire développer l’entreprise.'''
 
'''Après la guerre de 1870, il a 31 ans, son père est décédé, il désire développer l’entreprise.'''
:Il continue ainsi le commerce de laines de toutes couleurs, celui de son père et grand-père.
+
:Il continue ainsi le commerce de laines de toutes couleurs, celui de son père et de son grand-père.
 
:Il fut président de la Chambre de Commerce de Niort.
 
:Il fut président de la Chambre de Commerce de Niort.
 
:En 1881, il s’associe, pour quelque temps, avec un de ses amis et reprend la chamoiserie « ''Omer Christin et Fils'' ».
 
:En 1881, il s’associe, pour quelque temps, avec un de ses amis et reprend la chamoiserie « ''Omer Christin et Fils'' ».

Version actuelle en date du 30 mai 2020 à 16:36

Article en construction mai 2020

Ancienne entrée de l'usine, en réhabilitation (2020).
Enseigne de la première usine Boinot (Père de Téophile, Fin XVIIe.
Portrait de Théophile et de ses deux fils.

Note aux lecteurs

Ce modeste article doit permettre de situer dans le temps ce que fut une entreprise qui s’est inscrite sur plusieurs siècles dans la mémoire des Niortais.
Nous ne voulons être exhaustifs sur les événements et les décisions qui ont jalonné la vie de cette entreprise...
La période mise en relief dans cet article, s’arrête dans les années 50, au décès des 2 frères, Louis et Charles.

Théophile Boinot (1839-1925)

Louis Georges Théophile, né le 16 octobre 1839 à Niort,
En octobre 1867, il épouse à Marans, Geneviève madeleine Estelle Raoult, fille d’un négociant.
Il ont 6 enfants, 4 filles et deux garçons (Louis et Charles) qui vont diriger et faire prospérer les activités professionnelles du père.
Le père de Théophile Boinot, Jean-Louis Boinot, né le 15 novembre 1806, est teinturier en laine et réside, rue du Port, à Niort, sa mère est Jeanne Désirée Junin.
Jean-Louis Boinot décède le 13 août 1863. Théophile a 24 ans au décès de son père.
Son grand-père, Louis Boinot, né le 15 juin 1782, est déjà marchand.
Louis Georges Théophile fut élève au collège de l’Oratoire de Niort.

Enseigne de la Maison Boinot, datant du VIIIe siècle

Sur une enseigne de la Maison Boinot, datant probablement de la fin du XVIIIe siècle, (voir photo), on lit sur la partie basse :

« CHEZ BOINOT TINTURIER EN DRAP ET
ET AUTRE ETOFFE INSI SUR LA LENNE EN
POIL, LA SOYE, LE FIL ET COTON ET
LA PEAUX EN TOUTE COULEUR LAVIS
AUSSI LES COULEUR ET LES PATINES
EN DAUTRE LE TOUT A JUSTE PRIX »

Sur la partie haute de l’enseigne, on lit :

« AU GRAND St MAURICE. LA SOURCE DES TINTURES. ».
Cette enseigne de la Maison Boinot est coiffée d’un cavalier représentant Saint-Maurice, considéré en autre comme patron des teinturier.
On distingue à la droite du Chevalier, sur la partie haute de l’enseigne, une croix tréflée qui est l’emblème de Saint-Maurice.
Les bras de cette croix se terminent par trois lobes représentant les feuilles du trèfle, à ne pas confondre avec la croix de Malte... 

Théophile Boinot relance l’entreprise

Après la guerre de 1870, il a 31 ans, son père est décédé, il désire développer l’entreprise.

Il continue ainsi le commerce de laines de toutes couleurs, celui de son père et de son grand-père.
Il fut président de la Chambre de Commerce de Niort.
En 1881, il s’associe, pour quelque temps, avec un de ses amis et reprend la chamoiserie « Omer Christin et Fils ».
En 1892, il est le seul directeur de la nouvelle usine.
En 1894 et 1895, ses deux fils Louis et Charles viennent le seconder.
Ils s’initient à toutes les phases du métier comme le premier de ses ouvriers.
Les principales tâches sont : le nettoyage de la laine, le chamoisage, la mégisserie, etc…
En 1902, il reprend la plus grande chamoiserie-ganterie de Niort, celle de Ernest Noirot (1).
En 1900, il est membre d’une société civile qui possède le terrain, l’église Saint-Étienne et le presbytère.
Il décède a Niort le 29 octobre 1925, il a 86 ans.

Lors de son inhumation, Michel Rougier prononce un discours :

  • Ce discours est à retrouver sur l’annexe au lien ci-contre : ► Discours de 1925
(1) Ernest Noirot était le neveu de Thomas-Jean Main.

Les fils de Théophile : Louis (1875-1959) et Charles Boinot (1877-1952)

  • -Louis Marie Etienne Léopold Boinot est né le 27 octobre 1875, au 20, rue du Port (Baugier) à Niort.
Louis décède le 7 juillet 1959 à Châtillon sur Sèvre, âgé de 84 ans.
Il fut Président de la Chambre de Commerce de Niort.
  • -Charles Marie Théophile Boinot est né le 6 janvier 1877, au 20, rue Baugier à Niort.
Charles Boinot décède le 24 septembre 1952 à Niort, âgé de 75 ans.
Il fut Vice-Président du Tribunal de Commerce de Niort.
En 1925, il fonde l’équipe de football de Niort : les Chamois Niortais.

Louis et Charles développent l’entreprise : « Les fils de T. Boinot »

En 1905, Théophile Boinot cède son entreprise à ses deux fils : Louis et Charles.
En 1912, après avoir amélioré leur outillage, ils relancent la partie ganterie.
En 1915, soucieux de ne plus pouvoir se ravitailler en matières premières, ils montent une mégisserie et s’alimentent directement à la boucherie.
En 1930, les établissements « Les fils de T. Boinot » comprennent six usines :
- Le Moulin Neuf,
- Le Moulin du Roc,
- La Cabane-Carrée,
- Le Moulin de Bouzon,
- La Crèche près de Niort.
Quelques années plus tard les fabrications n’occupent que les trois premiers établissements.
Louis Boinot, fils de Charles Boinot, petit fils de Théophile, né le 26 juin 1908, a dirigé l’entreprise.
Il décède à Niort en juillet 2003, âgé de 95 ans.

Sources

  • L’Orientation Économique et Financière des Deux-Sèvres (1930) (Article de Louis Boinot.).
  • Archives 79.
  • Le Mémorial de l’Ouest (1925).
  • JMD