Le logiciel MediaWiki a été mis à jour afin d’être plus rapide. Si vous observez des problèmes, veuillez laisser un message sur Le Bistro.
Il a été ajouté l’éditeur visuel pour faciliter l’édition (exemple) et un système de discussions amélioré (exemple).

Buste de Jacques de LINIERS à Niort et Discours prononcés en 1910 : Différence entre versions

De WikiNiort
 
(Une révision intermédiaire par le même utilisateur non affichée)
Ligne 12 : Ligne 12 :
 
:L’argumentation du refus s’appuyait sur le fait que Jacques de Liniers avait abandonné la nationalité française pour sa mise au service d’une puissance étrangère.
 
:L’argumentation du refus s’appuyait sur le fait que Jacques de Liniers avait abandonné la nationalité française pour sa mise au service d’une puissance étrangère.
 
:Un comité privé se constitue pour la réalisation d’une stèle, une souscription permettant de recueillir des fonds est ouverte.
 
:Un comité privé se constitue pour la réalisation d’une stèle, une souscription permettant de recueillir des fonds est ouverte.
:C’est sur un espace donné par la famille Bazire qu’est érigé sur un support de granit, le buste de Jacques de Liniers.
+
:C’est sur un espace donné par la famille Bazire '''(1)''' qu’est érigé sur un support de granit, le buste de Jacques de Liniers.
 
:La stèle est situé à l’angle de la rue Claire (Aujourd’hui : rue d’Agescy) et de la rue des Douves (Aujourd’hui : rue Alsace Lorraine), près des [[Fortifications médiévales de la ville|anciens remparts]].
 
:La stèle est situé à l’angle de la rue Claire (Aujourd’hui : rue d’Agescy) et de la rue des Douves (Aujourd’hui : rue Alsace Lorraine), près des [[Fortifications médiévales de la ville|anciens remparts]].
 
'''L’œuvre fut réalisée par le sculpteur M. Pierre-Marie Poisson, artiste niortais :'''
 
'''L’œuvre fut réalisée par le sculpteur M. Pierre-Marie Poisson, artiste niortais :'''
Ligne 24 : Ligne 24 :
 
::::NÉ A NIORT  
 
::::NÉ A NIORT  
 
:::ÉLEVÉ PAR SOUSCRIPTION  
 
:::ÉLEVÉ PAR SOUSCRIPTION  
 +
::'''(1) Antoine Marie Bazire''', docteur en Médecine, Chevalier du Saint-Grégoire le Grand est décédé le 31 août 1882 au 10, rue Martin Beaulieu, âgé de 79 ans.
 +
::Il était l’un des administrateur de l’Hospice de Niort.
 +
::Marie-Thérèze Bréchard de la Corbinière, épouse de son fils, Paul Antoine Bazire, décède le 13 avril 1916, elle résidait au 16, Rue Martin-Baulieu à Niort.
 +
::La famille possédait une grande propriété entre la Rue Martin-Baulieu et la Rue Bernard d’Agescy.
 +
::La famille Bazire a fait le don du terrain, qui était sur leur propriété et sur lequel fut érigée la Stèle de Jacques De Liniers.
  
 
==Déroulement de la cérémonie et Discours prononcés lors de l’inauguration du 13 novembre 1910==
 
==Déroulement de la cérémonie et Discours prononcés lors de l’inauguration du 13 novembre 1910==

Version actuelle en date du 3 avril 2020 à 19:00

Article en construction : Janvier 2020

Buste de Jacques de Liniers (Photo 2020).
Stèle de Jacques de Liniers (Photo 2020).

Inauguration de la Stèle de Jacques Liniers en 1910

La Stèle avec le buste de Jacques de Liniers fut inaugurée le 13 novembre 1910.

Vers 1907, Gustave Benoist initiateur du projet, souhaite qu’une stèle en l’honneur de Jacques de Liniers soit érigée à Niort.
La municipalité niortaise sollicitée, dirigée par le maire Ludovic Martin-Bastard ne répond que le 5 novembre 1909, par une réponse négative. (11 voix contre 10)...
L’argumentation du refus s’appuyait sur le fait que Jacques de Liniers avait abandonné la nationalité française pour sa mise au service d’une puissance étrangère.
Un comité privé se constitue pour la réalisation d’une stèle, une souscription permettant de recueillir des fonds est ouverte.
C’est sur un espace donné par la famille Bazire (1) qu’est érigé sur un support de granit, le buste de Jacques de Liniers.
La stèle est situé à l’angle de la rue Claire (Aujourd’hui : rue d’Agescy) et de la rue des Douves (Aujourd’hui : rue Alsace Lorraine), près des anciens remparts.

L’œuvre fut réalisée par le sculpteur M. Pierre-Marie Poisson, artiste niortais :

« Du col haut et largement échancré, de son dolman à l'impériale qui vient mourir dans ses armes et sur lequel brille la croix de Malte, se dégage la tête au fin et aristocratique profil.
Les cheveux, rejetés en arrière, laissent découvert le front large et donnent à la physionomie du conquérant, un air de majesté et de noblesse.
Ses yeux ; profondément doux, semblent fixer un idéal lointain ».

Sur le socle de granit, on peut lire cette inscription :

JACQUES DE LINIERS 1753 • 1810
CHEF D’ ESCADRE
VICE-ROI DE BUENOS-AIRES
NÉ A NIORT
ÉLEVÉ PAR SOUSCRIPTION
(1) Antoine Marie Bazire, docteur en Médecine, Chevalier du Saint-Grégoire le Grand est décédé le 31 août 1882 au 10, rue Martin Beaulieu, âgé de 79 ans.
Il était l’un des administrateur de l’Hospice de Niort.
Marie-Thérèze Bréchard de la Corbinière, épouse de son fils, Paul Antoine Bazire, décède le 13 avril 1916, elle résidait au 16, Rue Martin-Baulieu à Niort.
La famille possédait une grande propriété entre la Rue Martin-Baulieu et la Rue Bernard d’Agescy.
La famille Bazire a fait le don du terrain, qui était sur leur propriété et sur lequel fut érigée la Stèle de Jacques De Liniers.

Déroulement de la cérémonie et Discours prononcés lors de l’inauguration du 13 novembre 1910

13 novembre 1910, discours d'inauguration de la Stèle.
- Les Notables présents à l’inauguration (Page 1/8),
- Les Membres de sa famille présents à l’inauguration (Page 1/8),
- Le Discours de M. Pierre de Lacoste Lareymondie (Page 2/8),
- Le Discours de M. Hilaire de Villedieu (Page 7/8),
- Le Discourt de M. Émile Daireaux (1843/1916), avocat argentin, homme de lettres... (Page 8/8)
L’Harmonie niortaise exécuta l’Hymne argentin, la marseillaise et la Marche espagnole.

Biographie simplifiée de la famille De Liniers

Jacques de Liniers est né le 25 juillet 1753 à Niort
Son père Jacques-Joseph de Liniers est Chevalier, Seigneur du Grand Breuil, commune de Dayrençon et autres lieux.
Son père est officier de la Marine Royale, sa mère est Henriette de Brémond.
En 1783, Jacques de Liniers se marie à Malaga avec une aristocrate française, Jeanne de Menviel.
Sa première épouse décède en 1790, il ont deux enfants, Louis né en 1784 et Jeanne en 1789.
En seconde noce, en 1791, il épouse Maria Martina Sarratea qui décède en 1805.
Jacques de Liniers eut 11 enfants, 2 avec sa première épouse et 9 (entre 1795 et 1805) avec la seconde épouse.

Carrière militaire simplifiée

Jacques de Liniers entre très jeune aux Oratoriens de Niort,
Il passe alors 3 ans à l’école militaire européenne, à l’âge de 12 ans, il passe au service de l’Ordre du Grand Maître de l’Ordre de Malte. (Emmanuel de Rohan (1725/1797)).
En 1768, il a 15 ans il est nommé sous-lieutenant et rejoint la Garnison de Carcassonne.
En 1774, il démissionne et part rejoindre le gouvernement de Madrid qui prépare une expédition contre la Régence d’Alger.
Arrivé à Carthagène, il s’enrôle sur une Frégate partant pour l’Afrique du Nord.
Cette campagne d’Algérie n’est pas un succès pour l’Espagne mais permet à Jacques de Liniers de se faire remarquer par sa bravoure.
Il fréquente l’École des Gardes Marines de Cadix et se voit attribuer le titre d’enseigne (lieutenant) de Frégate.
En 1776, il s’embarque pour le Brésil avec les Espagnols qui y combattent le Portugal.
En 1782, il combat les Anglais devant Gibraltar.
Le gouvernement de Madrid veut mener une expédition de terreur sur les côtes anglaises.

Jacques de Liniers fait partie de cette Armada qui devait passer par Brest pour ajouter des bâtiments français.

Cette Armada subit, dès la sortie du port de Lisbonne, une attaque par les navires de l’Amiral anglais John Jervis, cette escadre espagnole est disloquée.
Il reçoit pour tous ses exploits, le titre de Capitaine de Frégate.
En 1783, il est chargé par le Roi d’Espagne au service du Bey de Tripoli.
En 1789, il débarque en Amérique du Sud, il est chargé de réorganisé le Port de Montevideo.
En 1805, il entre à Buenos-Ayres, il participe aux combats de reconquête.
En 1807, il conduit à Buenos-Ayres, une attaque contre les Anglais à laquelle, il sort victorieux…

Il battit le célèbre John Whitelocke et reçu du peuple, le nom de " Reconquistador "...

Vice-Roi de la Vice-royauté du Rio de la Plata de 1807 à 1809

Le gouvernement de Madrid élève alors Jacques de Liniers au grade de capitaine général de la Vice-Royauté.

En 1809, son titre de Vice-Roi, ses pouvoirs et sa nationalité française lui attire jalousie et la « Junte de Séville » se résigne à le remplacer par un espagnol.
Le 30 avril 1810, alors qu’il s’apprête à retourner en Espagne, Buenos-Aires se révolte, chasse les Espagnols, c’est l’indépendance !..

Disparition de Jacques de Liniers

Jacques de Liniers veut rester fidèle au roi d’Espagne Ferdinand VII, il se retire et prend le chemin du Pérou.

Quatre jours après ce départ, il est capturé à Cordoba par les Républicains Argentins lancés à sa poursuite.
Il est capturé, condamné à mort et fusillé le 26 août 1810.
« C’était un modèle d’honneur militaire, de fermeté et de probité » (Revue militaire espagnole).
Château de Pont Jarno au début du XXe siècle.

Joseph Athanase De Liniers, seul fils revenu vivre à Niort

En 1823, Joseph Athanase, quatrième enfant de son second mariage, né à Montevideo en 1798, vit à Niort.

Le 9 juin 1823, ce fils épouse à Cours, Olympe de Jarno, fille de Gabriel Augustin Baron de Jarno, maire de la commune.
Joseph Athanase de Liniers, ce fils de Jacques de Liniers, vécut une dizaine d’années au château de Pont Jarno, il eut 5 enfants (4 filles et un garçon).
En 1833, le couple achète le domaine du Plessis-Cherchemont et son château à Vausseroux.
Olympe de Jarno décède à Vausseroux le 27 octobre 1880
Joseph Athanase de Liniers décède le 22 avril 1882, à Vausseroux, âgé de 84 ans.
Le dernier descendant mâle, de cette lignée qui vécut en France, est le comte Amaury de Liniers (né en 1918).
Amaury de Liniers est décédé à Pont Jarno en 1980 à l’âge de 62 ans, il était l’arrière petit-fils de Jacques de Liniers.

Sources

  • D’après une conférence de Jacques Alibert (1914-2011).
  •  « Courrier de la Vienne et des Deux-Sèvres  » (1910).
  • Biographie détaillée.
  • NR 1955.
  •  « L’Autize, exploration géographique et historique » (Guy Fourré) (2009).
  • JMD.