Le logiciel MediaWiki a été mis à jour afin d’être plus rapide. Si vous observez des problèmes, veuillez laisser un message sur Le Bistro.
Il a été ajouté l’éditeur visuel pour faciliter l’édition (exemple) et un système de discussions amélioré (exemple).

Eglise Saint-André : Différence entre versions

De WikiNiort
 
(Une révision intermédiaire par le même utilisateur non affichée)
Ligne 2 : Ligne 2 :
 
[[Catégorie:Patrimoine]]
 
[[Catégorie:Patrimoine]]
 
[[Catégorie:Histoire]]
 
[[Catégorie:Histoire]]
[[Fichier:Pas Pelet 1.jpg|350px|right|thumb|Église Saint-André: le clocher (flèche) de gauche est recouvert d'une coupole]]
+
[[Fichier:Pas Pelet 1.jpg|280px|right|thumb|Église Saint-André: le clocher (flèche) de gauche est recouvert d'une coupole]]
[[Fichier:Eglise Saint Andre.jpg|350px|right|thumb|Église Saint-André]]
+
[[Fichier:Eglise Saint Andre.jpg|280px|right|thumb|Église Saint-André]]
[[Fichier:Intérieur Saint Andre.jpg|350px|right|thumb|Intérieur de l'Église Saint-André]]
+
[[Fichier:Intérieur Saint Andre.jpg|280px|right|thumb|Intérieur de l'Église Saint-André]]
[[Fichier:H et R Plisson 1942.jpg|300px|right|thumb|Vue des Vieux Ponts (Lithographie R. et H. Plisson, 1942).]]
+
[[Fichier:H et R Plisson 1942.jpg|180px|right|thumb|Vue des Vieux Ponts (Lithographie R. et H. Plisson, 1942).]]
 
==Situation géographique==
 
==Situation géographique==
L’église Saint-André se situe au sommet de la colline du même nom, dominant la vallée de la Sèvre et surplombant les quartiers du port et de Bessac.  
+
:L’église Saint-André se situe au sommet de la colline du même nom, dominant la vallée de la Sèvre et surplombant les quartiers du port et de Bessac.  
 
+
:Elle est entourée de rues étroites et tortueuses et fait face à [[Notre Dame de Niort au cours des siècles |l’église Notre-Dame]], située sur l’autre colline de la ville.  
Elle est entourée de rues étroites et tortueuses et fait face à l’église Notre-Dame, située sur l’autre colline de la ville.  
+
:" ''Pour informations, ces deux collines calcaires sont séparées par un vallon formé par l’écoulement d’un cours d’eau aujourd’hui souterrain.''  
 
+
:''Ce cours d’eau était autrefois appelé « Merdusson » car il acheminait les déjections vers la [[Sèvre Niortaise (le fleuve)|Sèvre Niortaise]]'' ".
''Pour informations, ces deux collines calcaires sont séparées par un vallon formé par l’écoulement d’un cours d’eau aujourd’hui souterrain.''  
 
 
 
''Ce cours d’eau était autrefois appelé « Merdusson » car il acheminait les déjections vers la Sèvre Niortaise.''
 
  
 
==Son nom Saint André==
 
==Son nom Saint André==
L’église est dédiée à Saint André qui était un des douze apôtres de Jésus, originaire de la ville de Bethsaïde en Galilée.  
+
:L’église est dédiée à Saint André qui était un des douze apôtres de Jésus, originaire de la ville de Bethsaïde en Galilée.  
 
+
:Il était pêcheur sur le lac de Tibériade.  
Il était pêcheur sur le lac de Tibériade.  
+
:Il aurait été crucifié sous l’empereur Néron à Patras en Grèce en l’an 60.  
 
+
:Il est le patron du patriarcat de Constantinople et sa fête a lieu le 30 novembre. ''On ne sait pas l’origine de son titre à Niort.''
Il aurait été crucifié sous l’empereur Néron à Patras en Grèce en l’an 60.  
 
 
 
Il est le patron du patriarcat de Constantinople et sa fête a lieu le 30 novembre. ''On ne sait pas l’origine de son titre à Niort.''
 
  
 
==L'histoire de l’église==
 
==L'histoire de l’église==
[[‎‎Fichier:Colline Saint André.JPG|300px|right|thumb|La colline Saint-André et son église]]  
+
[[‎‎Fichier:Colline Saint André.JPG|280px|right|thumb|La colline Saint-André et son église]]  
 
+
:L’église Saint-André est l’une des plus anciennes églises de la ville de Niort avec l’église Notre-Dame.   
L’église Saint-André est l’une des plus anciennes églises de la ville de Niort avec l’église Notre-Dame.   
+
:Au XIIème siècle, une église romane fut édifiée.  
 
+
:On la disait église la plus grande et la plus belle de toute la province.  
Au XIIème siècle, une église romane fut édifiée.  
+
:De l’important édifice roman, il ne reste que quelques fragments sculptés.   
 
+
:Au XVème siècle, époque gothique, l’église est modifiée et agrandie.  
On la disait église la plus grande et la plus belle de toute la province.  
+
:Ces modifications sont poursuivies jusque sous le Renaissance.  
 
+
:''A l'intérieur vers le chevet, du côté sud, on peut encore voir les restes de chapelles de cette époque.''  
De l’important édifice roman, il ne reste que quelques fragments sculptés.   
+
:En 1588, l’église est ruinée par les protestants qui viennent de reprendre la ville.  
 
+
:Par la suite l’édifice fait l’objet d’une première restauration pour enfin être reconstruit et agrandi en 1685 sous Louis XIV.  
Au XVème siècle, époque gothique, l’église est modifiée et agrandie.  
+
:En 1793, l'église devient «Temple de la Montagne» et est un lieu de réunion pour les clubs révolutionnaires.  
 
+
:Puis elle est utilisée comme hangar à fourrage pendant les guerres de Vendée, date à laquelle elle fut prolongée vers la place Chanzy et la rue Saint-André.  
Ces modifications sont poursuivies jusque sous le Renaissance.  
+
:Entre 1855 et 1863, l’église Saint-André est entièrement reconstruite sous l’impulsion de l’Abbé de la paroisse, Hippolyte Rabier, dans un style gothique du XIIIème siècle.  
 
+
:Sa reconstruction est dirigée par l'architecte [[Pierre-Théophile Segrétain|Pierre-Théophile Segrétain]], déjà auteur d'autres bâtiments à Niort.
''A l'intérieur vers le chevet, du côté sud, on peut encore voir les restes de chapelles de cette époque.''  
+
:De nombreux peintres et décorateurs ont travaillé bénévolement sur le projet, tout comme l’architecte Segrétain.   
 
 
En 1588, l’église est ruinée par les protestants qui viennent de reprendre la ville.  
 
 
 
Par la suite l’édifice fait l’objet d’une première restauration pour enfin être reconstruit et agrandi en 1685 sous Louis XIV.  
 
 
 
En 1793, l'église devient «Temple de la Montagne» et est un lieu de réunion pour les clubs révolutionnaires.  
 
 
 
Puis elle est utilisée comme hangar à fourrage pendant les guerres de Vendée, date à laquelle elle fut prolongée vers la place Chanzy et la rue Saint-André.  
 
 
 
Entre 1855 et 1863, l’église Saint-André est entièrement reconstruite sous l’impulsion de l’Abbé de la paroisse, Hippolyte Rabier, dans un style gothique du XIIIème siècle.  
 
 
 
Sa reconstruction est dirigée par l'architecte [[Pierre-Théophile Segrétain|Pierre-Théophile Segrétain]], déjà auteur d'autres bâtiments à Niort.
 
 
 
De nombreux peintres et décorateurs ont travaillé bénévolement sur le projet, tout comme l’architecte Segrétain.   
 
  
 
==Les éléments d’art remarquables==
 
==Les éléments d’art remarquables==
Vous remarquerez:
+
'''Vous remarquerez:'''
*un Christ en croix, peinture du XVIIIe siècle par Lattainville,  
+
:*un Christ en croix, peinture du XVIIIe siècle par Lattainville,  
*un Christ en bois du XVIIIe siècle ainsi qu'une remarquable chaire sculptée du XVIIe siècle.
+
:*un Christ en bois du XVIIIe siècle ainsi qu'une remarquable chaire sculptée du XVIIe siècle.  
 
 
Concernant les peintures murales du choeur et du transept (fin XIXe siècle), celles-ci sont dues à Louis Germain ((1827 – 1910).
 
 
 
Louis Germain, peintre niortais, décora aussi l'église Saint-Hilaire.
 
 
 
De plus, il offrit à l’édifice la grande toile de la Fuite en Egypte.
 
 
 
[[Maires de Saint-Liguaire de 1789 à 1971|Louis-Adolphe Lecoq d’Arpentigny]] (1822 à Rouen) a réalisé toute la partie non figurative d'une grande qualité décorative.
 
 
 
Avec une harmonie des fonds colorés et une variété de motifs.
 
 
 
Les vitraux sont tous originaire de Tours.
 
 
 
Ceux du chœur sont de l’atelier Lobin, fondé par Julien-Léopold (1814/1864) père, repris par son fils Lucien-Léopold (1837/1892).
 
 
 
Ces maîtres verriers travaillèrent pour plus de 600 églises dans le Centre-Ouest.
 
 
 
Le grand vitrail d’axe évoque le supplice de Saint-André sur la croix.
 
 
 
Les vitraux de la nef ont été posés en 1963 par Van Guy, autre atelier de Tours.  
 
  
Ils représentent les sept sacrements, mariage et Ordre.
+
:Concernant les peintures murales du choeur et du transept (fin XIXe siècle), celles-ci sont dues à Louis Germain ((1827 – 1910).
 +
:Louis Germain, peintre niortais, décora aussi l'église Saint-Hilaire.
 +
:De plus, il offrit à l’édifice la grande toile de la Fuite en Egypte.
 +
:[[Maires de Saint-Liguaire de 1789 à 1971|Louis-Adolphe Lecoq d’Arpentigny]] (1822 à Rouen) a réalisé toute la partie non figurative d'une grande qualité décorative.
 +
:Avec une harmonie des fonds colorés et une variété de motifs.
 +
:Les vitraux sont tous originaire de Tours.
 +
:Ceux du chœur sont de l’atelier Lobin, fondé par Julien-Léopold (1814/1864) père, repris par son fils Lucien-Léopold (1837/1892).
 +
:Ces maîtres verriers travaillèrent pour plus de 600 églises dans le Centre-Ouest.
 +
:Le grand vitrail d’axe évoque le supplice de Saint-André sur la croix.
 +
:Les vitraux de la nef ont été posés en 1963 par Van Guy, autre atelier de Tours.
 +
:Ils représentent les sept sacrements, mariage et Ordre.
  
 
==Les extérieurs==
 
==Les extérieurs==
La façade possède deux flèches de 70 mètres.  
+
'''La façade possède deux flèches de 70 mètres.'''
 
+
:Au-dessus du portail, Jésus remet la croix à saint André et les clefs du Royaume à son frère saint Pierre.  
Au-dessus du portail, Jésus remet la croix à saint André et les clefs du Royaume à son frère saint Pierre.  
+
:Les voussures des portes sont sculptées de feuillages tenus par de petits personnages: chevaliers, anges, saintes femmes et moines.
 
+
:Les trois cloches de la tour nord, baptisées en 1865, sont l'œuvre de "Bollée père et fils" qui étaient fondeurs accordeurs au Mans.
Les voussures des portes sont sculptées de feuillages tenus par de petits personnages: chevaliers, anges, saintes femmes et moines.
 
 
 
Les trois cloches de la tour nord, baptisées en 1865, sont l'œuvre de "Bollée père et fils" qui étaient fondeurs accordeurs au Mans.
 
  
 
==Sources==
 
==Sources==
*Panneaux d’information dans l’église
+
:*Panneaux d’information dans l’église
*www.eglise-niort.net
+
:*www.eglise-niort.net
*www.vivre-a-niort.com
+
:*www.vivre-a-niort.com

Version actuelle en date du 4 novembre 2019 à 16:03

Église Saint-André: le clocher (flèche) de gauche est recouvert d'une coupole
Église Saint-André
Intérieur de l'Église Saint-André
Vue des Vieux Ponts (Lithographie R. et H. Plisson, 1942).

Situation géographique

L’église Saint-André se situe au sommet de la colline du même nom, dominant la vallée de la Sèvre et surplombant les quartiers du port et de Bessac.
Elle est entourée de rues étroites et tortueuses et fait face à l’église Notre-Dame, située sur l’autre colline de la ville.
" Pour informations, ces deux collines calcaires sont séparées par un vallon formé par l’écoulement d’un cours d’eau aujourd’hui souterrain.
Ce cours d’eau était autrefois appelé « Merdusson » car il acheminait les déjections vers la Sèvre Niortaise ".

Son nom Saint André

L’église est dédiée à Saint André qui était un des douze apôtres de Jésus, originaire de la ville de Bethsaïde en Galilée.
Il était pêcheur sur le lac de Tibériade.
Il aurait été crucifié sous l’empereur Néron à Patras en Grèce en l’an 60.
Il est le patron du patriarcat de Constantinople et sa fête a lieu le 30 novembre. On ne sait pas l’origine de son titre à Niort.

L'histoire de l’église

La colline Saint-André et son église
L’église Saint-André est l’une des plus anciennes églises de la ville de Niort avec l’église Notre-Dame.
Au XIIème siècle, une église romane fut édifiée.
On la disait église la plus grande et la plus belle de toute la province.
De l’important édifice roman, il ne reste que quelques fragments sculptés.
Au XVème siècle, époque gothique, l’église est modifiée et agrandie.
Ces modifications sont poursuivies jusque sous le Renaissance.
A l'intérieur vers le chevet, du côté sud, on peut encore voir les restes de chapelles de cette époque.
En 1588, l’église est ruinée par les protestants qui viennent de reprendre la ville.
Par la suite l’édifice fait l’objet d’une première restauration pour enfin être reconstruit et agrandi en 1685 sous Louis XIV.
En 1793, l'église devient «Temple de la Montagne» et est un lieu de réunion pour les clubs révolutionnaires.
Puis elle est utilisée comme hangar à fourrage pendant les guerres de Vendée, date à laquelle elle fut prolongée vers la place Chanzy et la rue Saint-André.
Entre 1855 et 1863, l’église Saint-André est entièrement reconstruite sous l’impulsion de l’Abbé de la paroisse, Hippolyte Rabier, dans un style gothique du XIIIème siècle.
Sa reconstruction est dirigée par l'architecte Pierre-Théophile Segrétain, déjà auteur d'autres bâtiments à Niort.
De nombreux peintres et décorateurs ont travaillé bénévolement sur le projet, tout comme l’architecte Segrétain.

Les éléments d’art remarquables

Vous remarquerez:

  • un Christ en croix, peinture du XVIIIe siècle par Lattainville,
  • un Christ en bois du XVIIIe siècle ainsi qu'une remarquable chaire sculptée du XVIIe siècle.
Concernant les peintures murales du choeur et du transept (fin XIXe siècle), celles-ci sont dues à Louis Germain ((1827 – 1910).
Louis Germain, peintre niortais, décora aussi l'église Saint-Hilaire.
De plus, il offrit à l’édifice la grande toile de la Fuite en Egypte.
Louis-Adolphe Lecoq d’Arpentigny (1822 à Rouen) a réalisé toute la partie non figurative d'une grande qualité décorative.
Avec une harmonie des fonds colorés et une variété de motifs.
Les vitraux sont tous originaire de Tours.
Ceux du chœur sont de l’atelier Lobin, fondé par Julien-Léopold (1814/1864) père, repris par son fils Lucien-Léopold (1837/1892).
Ces maîtres verriers travaillèrent pour plus de 600 églises dans le Centre-Ouest.
Le grand vitrail d’axe évoque le supplice de Saint-André sur la croix.
Les vitraux de la nef ont été posés en 1963 par Van Guy, autre atelier de Tours.
Ils représentent les sept sacrements, mariage et Ordre.

Les extérieurs

La façade possède deux flèches de 70 mètres.

Au-dessus du portail, Jésus remet la croix à saint André et les clefs du Royaume à son frère saint Pierre.
Les voussures des portes sont sculptées de feuillages tenus par de petits personnages: chevaliers, anges, saintes femmes et moines.
Les trois cloches de la tour nord, baptisées en 1865, sont l'œuvre de "Bollée père et fils" qui étaient fondeurs accordeurs au Mans.

Sources

  • Panneaux d’information dans l’église
  • www.eglise-niort.net
  • www.vivre-a-niort.com