Le logiciel MediaWiki a été mis à jour afin d’être plus rapide. Si vous observez des problèmes, veuillez laisser un message sur Le Bistro.
Il a été ajouté l’éditeur visuel pour faciliter l’édition (exemple) et un système de discussions amélioré (exemple).

Eglise de Saint-Étienne du Port (Sa construction) : Différence entre versions

De WikiNiort
 
Ligne 2 : Ligne 2 :
 
[[Catégorie:Patrimoine]]
 
[[Catégorie:Patrimoine]]
 
[[Catégorie:Histoire]]
 
[[Catégorie:Histoire]]
[[Fichier:F Riquet.jpg|300px|right|thumb|Portrait de François Riquet. (Photo 1)]]
+
[[Fichier:F Riquet.jpg|200px|right|thumb|Portrait de François Riquet. (Photo 1)]]
 
[[Fichier:Facture Const Eg St Etienne.jpg|300px|right|thumb|Facture du coût de la construction. (Photo 2)]]
 
[[Fichier:Facture Const Eg St Etienne.jpg|300px|right|thumb|Facture du coût de la construction. (Photo 2)]]
 
[[Fichier:Fac similé bon souscription Eg St Etienne.jpg|300px|right|thumb|Fac similé d’un bon de souscription (Photo 3)]]
 
[[Fichier:Fac similé bon souscription Eg St Etienne.jpg|300px|right|thumb|Fac similé d’un bon de souscription (Photo 3)]]
Ligne 156 : Ligne 156 :
  
 
Le problème soumis à l'architecte, M. Alcide Boutaud était difficile à résoudre, il fallait faire, selon la Fabrique ; " ''beau, grand et pas cher'' "...
 
Le problème soumis à l'architecte, M. Alcide Boutaud était difficile à résoudre, il fallait faire, selon la Fabrique ; " ''beau, grand et pas cher'' "...
 +
==Statuts de l'Église de Saint-Étienne du Port==
 +
Cette Église est la seule église paroissiale niortaise, libre de toute tutelle, lors de sa construction.
 +
 +
Le terrain, l’édifice et le presbytère appartiennent à une société civile, dont les membres en 1900 sont :
 +
:M. Sauquet, M. Boinot, M. Guérineau, M. de Lacoste, M. le Comte de Malartic, M. Nivard.
 +
 +
Aucune revendication communale ou nationale ne peut s’exercer sur cette paroisse, elle échappe ainsi aux conséquences de la séparation de l’église et l’état.
  
 
==Anecdote : découverte d'une Défense de Mammouth==
 
==Anecdote : découverte d'une Défense de Mammouth==
Ligne 164 : Ligne 171 :
 
==Sources==
 
==Sources==
 
*Archives 79
 
*Archives 79
*Histoire de la Paroisse Saint-Etienne de Niort, Abbé H. Gautier 1922.
+
*" ''Histoire de la Paroisse Saint-Etienne de Niort'' ", Abbé H. Gautier 1922.
*Courrier de la Vienne et des Deux-Sèvres (1900).
+
*" ''Courrier de la Vienne et des Deux-Sèvres'' " (1900).
 +
*" ''Le Pays Poitevin'' " (Revue mensuelle 1900)
 
*JMD.
 
*JMD.
 
<center>'''''Cliquez sur les images pour les agrandir'''''</center>
 
<center>'''''Cliquez sur les images pour les agrandir'''''</center>

Version actuelle en date du 11 mai 2019 à 16:52

Portrait de François Riquet. (Photo 1)
Facture du coût de la construction. (Photo 2)
Fac similé d’un bon de souscription (Photo 3)
Réclame 1900. (Photo 4)
Crypte (Photo 2018). (Photo 5)
Défense de Mammouth visible au Musée Bernard d'Agesci (Photo 6)
.

Paroisse de Saint-Étienne du Port

La paroisse de Saint-Étienne fut supprimée par un décret impérial du palais de Milan le 29 mai 1805.

Le service religieux du quartier du Port fut partagé entre les paroisses de Saint-André, de Notre-Dame, de Sainte-Pezenne pendant une cinquantaine d’années.

Le 22 novembre 1851, après quelques protestations des habitants du quartier de la Brèche et du quartier du Port.

Le conseil municipal de Niort émit alors le vœu que deux nouvelles églises (Saint-Hilaire et Saint-Étienne) soient créées.

Le 4 juin 1853, Napoléon III donne son accord pour Saint-Hilaire et décrète que Saint-Étienne sera érigée en succursale.

À cette époque le quartier du Port n’avait pas d’église, la chapelle des religieuses du Port était utilisée pour le culte.

Le 1er octobre 1858, l’abbé Boutineau fut le premier curé choisit par l’évêque pour organiser la nouvelle paroisse de Saint-Étienne.

Le 19 novembre 1874, l’abbé Sincère Guérin devient curé de Saint-Étienne.

Le 5 février 1875, le Conseil de Fabrique se réunit afin de délibérer sur un projet d’église au Port.

Le 27 mars 1875, M. Boinot est le trésorier conseil de fabrique, il décide d’ouvrir une souscription pour la construction de l’église.

Plusieurs emplacement sont étudiés, des divergences entre le conseil municipal et le conseil de fabrique naissent et bloque le projet.

En avril 1881, Mgr Bellot, nouvel évêque de Poitiers achète à crédit, en son nom personnel, le terrain prévu pour la construction.

Les difficultés de mise en œuvre de la construction dès 1881 annulent le projet.

Le 4 juillet 1883, le Conseil de Fabrique achète alors une partie du terrain, avec l’argent provenant des souscriptions.

Deux autres parties du terrain furent revendues :

  • à la ville pour le passage de la rue Gambetta.
  • à un particulier.

Pendant le passage de l’abbé Chauvin entre 1883 et 1889, les difficultés entre le conseil municipal et le conseil de Fabrique continuèrent.

L’abbé François Riquet

En 1889, Mgr Juteau évêque de Poitiers confie à l’abbé François Riquet (Photo 1) la tâche d’organiser la paroisse de Saint-Étienne.

L’abbé François Riquet arrive à Niort le 9 juillet 1891.

La mission qui lui est confiée est de :

« Construire une église pour abriter le troupeau qui lui est confié par la Providence... »

Le conseil municipal de Niort mené par Guy Disleau n’est pas favorable à cette entreprise.

La paroisse ne possède point de ressources.

Le 16 octobre 1892, l’abbé Riquet convoque le Conseil de Fabrique afin d’étudier le projet d’une église.

M. Alcide Boutaud, ami de l’abbé et architecte est chargé de dresser le plan de la future église.

Le terrain acheté en 1883, en bordure de la rue Gambetta, est disponible.

L’abbé Riquet, se voit dans l’obligation pour mener à bien ce projet et de compter uniquement sur la charité. ((Photo 9)

Il organise une société civile qui achète le terrain, alors propriété de la Fabrique.

L’appel de fond fut largement entendu par les ecclésiastiques régionaux et nationaux.

De nombreuses souscriptions sont ouvertes dans toutes les églises de Niort.

La voix du pasteur avait été entendue...

La construction de l’édifice peut alors commencer.

Construction de l’église de Saint-Étienne

L’abbé E. Richard, archiprêtre de Notre-Dame procède à la bénédiction de la première pierre le 15 octobre 1893.

Les fondations furent établies au mois d’août 1893.

Les travaux furent dirigés par M. Girard entrepreneur à Niort.

Au mois de décembre 1893, les murs et contreforts atteignaient par endroit la hauteur de 7 mètres.

Ce n’est qu’en 1896 que les murs furent terminés.

Les matériaux utilisés furent la pierre rousse du Vivier et pour la grosse maçonnerie, la pierre de Souché.

Les pierres à sculptures, les arêtes de portes et les fenêtres sont en pierre de Lourdines.

Les colonnes sont en granit de la Chapelle Saint-Laurent.

Le sable pour le gros œuvre provient des carrières de Sainte-Pezenne.

Celui de la pose et crépissage provient de la Sèvre.

La charpente, véritable ouvrage d’art, fut alors montée par M. Ducoin, route de la Rochelle.

On utilisa, pour les charpentes, du sapin rouge du Nord.

Les caissons de voûtes en briques ont été élevées par M. Villeret, entrepreneur à Poitiers.

La couverture d’ardoise d’Angers fut l’œuvre de M. Imbro couvreur, habitant du Port de Niort.

Le 15 octobre 1896, une croix de fer forgé œuvre de M. Émile Laurent serrurier fut fixée au sommet.

La pose des vitraux dura de 4 ans. Il furent dessinés et réalisés par M. Dagrant, peintre vitrier de Bordeaux.

Les principaux vitraux sont :

  • celui du Triomphe de Saint-Étienne,
  • celui de Saint-Georges (Saint-Georges luttant avec le Dragon), ce vitrail est blasonné des armes des donateurs ( De Boisdeffré et De Grand-Pré).
  • celui de Saint-Alexandre,
  • celui de Saint-Louis.

Le financement de la construction de l’église :

Afin de récolter des fonds les idées originales furent mises en œuvre :

  • -des cartes, intitulées «  Le sou du tabernacle » , furent imprimées, chaque trou percée sur la carte rapportait 0, 05 Francs soit 13 F la carte complète. (Photo 3)
  • -un système pyramidal : « la boule de neige à 1 Franc », chaque personne qui verse un franc, transmet la circulaire à deux personnes etc...
  • -des ventes de Charité, la première eut lieu les 10 et 11 mai 1894 dans l’ancienne préfecture,
  • -des concerts dont l’un fut organisé par M. Tolbecque et sa fille Hélène (Mme Pagès, dans la salle du Manège).
  • -des kermesses, l’abbé Riquet devint un véritable « entrepreneur de fêtes publiques... »

Les fêtes se succèdent :

  • Au mois d’avril 1899, on utilisa l’église encore en construction pour organiser une Kermesse.
  • Pendant les 10 années de travaux, des dons nombreux venant de toute la France alimentèrent la caisse de l’œuvre.
  • Théodore Botrel, célèbre barde breton, apporta son concours plusieurs fois, le 27 avril 1900 (Sur un théâtre au fond de l’église) et en mai 1902. ((Photo 8)
  • Le 15 mai 1902 les deux cloches sont baptisées.
  • L’inauguration des orgues se fit en novembre 1902.

Dimensions de l’église :

  • Hauteur: 26,20m (sous la clé de voûte),
  • Longueur: 78,50m,
  • largeur: 15m,
  • portée des voûtes : 13m...

Les dallages de l’église dirigé par M. Alexandre, dit Chapelle de Poitiers (Voir photo réclame) et furent posés en mars et avril 1900.

En 1901, un Ciborium fut supporté par 4 colonnes de granit fut érigé au milieu du chœur. (Photo 7)

Le 11 mai 1911, la Chapelle de la rue de l’orphelinat fut transportée dans la nouvelle église.

Les chaises furent réalisées en grand nombre par M. Vallier et M. Fernand Métayer, menuisier au Port.

L’abbé Riquet commanda 3 cloches (la, fa, sol) à M. Bollée Fondeur à Orléans :

  • fa : Marie-Magdeleine-Gabrielle (880kg),
  • sol: Marie-Mathide-Marthe-Léonie (610 kg),
  • la : Eustelle-Louise-Andrée–Étiennette, (310 kg).

L’abbé François Riquet décède le 7 juillet 1929 au 45, rue de Fontenay à Niort.

Sous le chœur a été aménagée une crypte (Voir photo 5) où repose le père François Riquet, en vertu d'un droit accordé aux constructeurs d'églises.

Projet simplifié

Si aujourd’hui, cette église présente cet aspect, le projet initial prévoyait, au-dessus du beffroi, haut de 42,50 m, une élévation.

En effet, comme le montre la photo du projet (photo 10), une flèche devait s’ériger au dessus du beffroi.

Cette flèche, en aiguille de pierres ajourées, haute de 37,50 m, aurait donné une élévation totale de 80 mètres.

Le problème soumis à l'architecte, M. Alcide Boutaud était difficile à résoudre, il fallait faire, selon la Fabrique ; " beau, grand et pas cher "...

Statuts de l'Église de Saint-Étienne du Port

Cette Église est la seule église paroissiale niortaise, libre de toute tutelle, lors de sa construction.

Le terrain, l’édifice et le presbytère appartiennent à une société civile, dont les membres en 1900 sont :

M. Sauquet, M. Boinot, M. Guérineau, M. de Lacoste, M. le Comte de Malartic, M. Nivard.

Aucune revendication communale ou nationale ne peut s’exercer sur cette paroisse, elle échappe ainsi aux conséquences de la séparation de l’église et l’état.

Anecdote : découverte d'une Défense de Mammouth

Lors de la réalisation des fondations, à la fin du XIXe siècle, une défense de mammouth datant de l'ère quaternaire fut mise à jour.

Cette défense est exposée et visible, en 2018, au Musée Bernard d'Agesci (Voir photo 6).

Sources

  • Archives 79
  • " Histoire de la Paroisse Saint-Etienne de Niort ", Abbé H. Gautier 1922.
  • " Courrier de la Vienne et des Deux-Sèvres " (1900).
  • " Le Pays Poitevin " (Revue mensuelle 1900)
  • JMD.
Cliquez sur les images pour les agrandir