Le logiciel MediaWiki a été mis à jour afin d’être plus rapide. Si vous observez des problèmes, veuillez laisser un message sur Le Bistro.
Il a été ajouté l’éditeur visuel pour faciliter l’édition (exemple) et un système de discussions amélioré (exemple).

Ernest Pérochon : Différence entre versions

De WikiNiort
 
(11 révisions intermédiaires par 2 utilisateurs non affichées)
Ligne 4 : Ligne 4 :
 
[[Catégorie:Littérature]]
 
[[Catégorie:Littérature]]
 
[[Fichier:Ernest Perochon.jpg|right|150px|right|thumb|Ernest Pérochon prix Goncourt 1920.]]
 
[[Fichier:Ernest Perochon.jpg|right|150px|right|thumb|Ernest Pérochon prix Goncourt 1920.]]
[[Fichier:E PEROCHON 1942.jpg|right|300px|right|thumb|Nécrologie 1942. ('''Cliquer sur l'image pour agrandir''')]]
+
[[Fichier:Extrait MDS 1932.jpg|right|200px|right|thumb|Extrait du " Mémorial des Deux-Sèvres (1932). ('''Cliquer sur l'image pour agrandir''')]]
 +
[[Fichier:E PEROCHON 1942.jpg|right|200px|right|thumb|Nécrologie 1942. ('''Cliquer sur l'image pour agrandir''')]]
 
[[Fichier:Plaque Rue E Perochon.jpg|200px|right|thumb|Stèle à la mémoire d'Ernest Pérochon (Place du Roulage).]]
 
[[Fichier:Plaque Rue E Perochon.jpg|200px|right|thumb|Stèle à la mémoire d'Ernest Pérochon (Place du Roulage).]]
 
==Biographie simplifiée==
 
==Biographie simplifiée==
Né en 1885 dans le hameau de Tiron à Courlay, Ernest Pérochon est signalé "élève très intelligent" par son instituteur, il est promis à une belle carrière.
+
:Né en 1885 dans le hameau de Tiron à Courlay, Ernest Pérochon est signalé "élève très intelligent" par son instituteur, il est promis à une belle carrière.
 
+
:En juillet 1896, il est reçu, à 11 ans, premier du canton au Certificat d’Études Primaires.
En juillet 1896, il est reçu, à 11 ans, premier du canton au Certificat d’Études Primaires.
+
:Après des études à l’école supérieure de Bressuire, il est reçu au Brevet Élémentaire et premier au concours d’entrée à l’[[Ecole Normale en Deux-Sèvres|École normale de Parthenay]] en 1900 (Promotion 1900 / 1903).
 
+
'''Il se tourne vers l'enseignement et prend son premier poste d'instituteur en 1903 à Courlay.'''
Après des études à l’école supérieure de Bressuire, il est reçu au Brevet Élémentaire et premier au concours d’entrée à l’[[Ecole Normale en Deux-Sèvres|École normale de Parthenay]] en 1900 (Promotion 1900 / 1903).
+
:En 1904, il est délégué à l’école supérieur de Parthenay pour l’enseignement du  français.
 
+
:En 1907, il épouse Vanda Houmeau, une jeune institutrice et sont nommés à Saint-Paul en Gâtine.
Il se tourne vers l'enseignement et prend son premier poste d'instituteur en 1903 à Courlay.
+
:En 1910, il édite ses premiers écrits, on peut lire au lien ci-dessous un extrait d'une de ses publications :
 
+
:::'''►'''[https://www.cjoint.com/doc/22_02/LBiiNC5JmeE_1910-Perochon-Grand-pere.pdf '''Grand-Père de Ernest Pérochon'''.]
En 1904, il est délégué à l’école supérieur de Parthenay pour l’enseignement du  français.
+
:Passionné d'écriture, il édite des poèmes à compte d'auteur et voit son premier roman " '''''Les creux de maisons''''' " publié par " l'Humanité " en 1912, sous forme de feuilleton.
 
+
'''En 1914, les époux Pérochon sont mutés à Vouillé près de Niort.'''
En 1907, il épouse Vanda Houmeau, une jeune institutrice et sont nommés à Saint-Paul en Gâtine.
+
:Il est mobilisé pour la guerre 14/18, mais après de sérieux problèmes de santé, il fut affecté au service auxiliaire à Parthenay, jusqu’en 1919.
 
+
:C'est en 1930 qu’il installe sa famille au 25, avenue de Limoges, dans ce qui deviendra, en 2013, la Villa Pérochon, centre national d'Art photographique.
Passionné d'écriture, il édite des poèmes à compte d'auteur et voit son premier roman "Les creux de maisons " publié par " l'Humanité " en 1912, sous forme de feuilleton.
+
:Il consacre alors tout son temps à son œuvre littéraire.
 
 
En 1914, les époux Pérochon sont mutés à Vouillé près de Niort.
 
 
 
Il est mobilisé pour la guerre 14/18, mais après de sérieux problèmes de santé, il fut affecté au service auxiliaire à Parthenay, jusqu’en 1919.
 
 
 
C'est en 1930 qu’il installe sa famille au 25, avenue de Limoges, dans ce qui deviendra, en 2013, la Villa Pérochon, centre national d'Art photographique.
 
 
 
Il consacre alors tout son temps à son œuvre littéraire.
 
  
 
==Œuvre littéraire (extrait)==  
 
==Œuvre littéraire (extrait)==  
 
'''Le prix Goncourt lui est décerné le 11 décembre 1920 pour " ''Nêne'' ", son troisième roman, le tirage dépassera les 100 000 exemplaires.'''
 
'''Le prix Goncourt lui est décerné le 11 décembre 1920 pour " ''Nêne'' ", son troisième roman, le tirage dépassera les 100 000 exemplaires.'''
 +
:'''Suivra une œuvre conséquente : Ernest Pérochon publie 18 romans de son vivant et un posthume''' :
 +
:''Les Creux de Maison'' : Ce roman met en relief la misère de nos campagnes deux-sèvriennes pour ceux qui n’avaient pas de terre à exploiter.
 +
:Ceux-ci devaient se mettre au service des autres, les revenus aléatoires et très modestes ne leur permettaient pas toujours de vivre correctement.
 +
:Leurs enfants souvent nombreux, devaient dès le bas âge, mendier pour survivre, on les appelait alors les  « ''cherche-pain'' »...
 +
::''Nêne'', ''La Parcelle 32'', ''Bernard l’Ours et la Torpédo Camionnette'',
 +
::''les Gardiennes'', ''l’Eau Courante'', ''Milon'',
 +
::''Barberine des Genêts'', ''les Endiablés'', ''les Hommes Frénétiques'',
 +
::''Huit Gouttes d’Opium'', ''Les Fils Madagascar'',  ''l’Instituteur'',
 +
::''Marie-Rose Méchain'', ''le Chemin de Plaine'', ''Le Crime Étrange de Lise Balzan'',
 +
::''Au cri du Chouan'', ''Les Ombres'', ''Babette et ses frères''...
 +
:Son dernier roman sort en 1943 : ''Le chanteur de Villanelles''.
 +
'''Il écrivit aussi sept livres de lecture pour écoliers'''.
  
'''Suivra une œuvre conséquente : Ernest Pérochon publie 18 romans de son vivant et un posthume''' :
+
'''Le 6 novembre 1932 (Voir photo), il reçoit la croix de la Légion d’Honneur remise par Maurice Le Blond (1).'''
:''Les Creux de Maison'' :
+
:: '''(1)''' Maurice Le Blond, ami personnel d’Ernest Pérochon (1877-1944) est né à Niort. Il fut journaliste, écrivain.
Ce roman met en relief la misère de nos campagnes deux-sèvriennes pour ceux qui n’avaient pas de terre à exploiter.
+
::Il réédita les œuvres complètes d'Émile Zola dont il fut le gendre après avoir épousé, en 1908, sa fille Denise.
 
 
Ceux-ci devaient se mettre au service des autres, les revenus aléatoires et très modestes ne leur permettaient pas toujours de vivre correctement.
 
 
 
Leurs enfants souvent nombreux, devaient dès le bas âge, mendier pour survivre, on les appelait alors les  « ''cherche-pain'' »...
 
:''Nêne'', ''La Parcelle 32'', ''Bernard l’Ours et la Torpédo Camionnette'',  
 
:''les Gardiennes'', ''l’Eau Courante'', ''Milon'',
 
:''Barberine des Genêts'', ''les Endiablés'', ''les Hommes Frénétiques'',
 
:''Huit Gouttes d’Opium'', ''Les Fils Madagascar'',  ''l’Instituteur'',
 
:''Marie-Rose Méchain'', ''le Chemin de Plaine'', ''Le Crime Étrange de Lise Balzan'',
 
:''Au cri du Chouan'', ''Les Ombres''.
 
Il écrivit aussi sept livres de lecture pour écoliers.
 
  
 
==Ernest Pérochon et la seconde guerre mondiale==
 
==Ernest Pérochon et la seconde guerre mondiale==
En 1985, M. René Hudeley, ancien préfet de la  résistance en Deux-Sèvres témoigne :
+
'''En 1985, M. René Hudeley, ancien préfet de la  résistance en Deux-Sèvres témoigne :'''
:« ''Quelques jours avant sa disparition, Ernest Pérochon avait été convoqué à la préfecture officielle et accusé d’être gaulliste, propagandiste et agitateur de la jeunesse, c’est alors qu’on lui avait intimé l’ordre de démissionner du conseil d’administration du lycée Jean-Macé.''
+
::« ''Quelques jours avant sa disparition, Ernest Pérochon avait été convoqué à la préfecture officielle et accusé d’être gaulliste, propagandiste et agitateur de la jeunesse, c’est alors qu’on lui avait intimé l’ordre de démissionner du conseil d’administration du lycée Jean-Macé.''
:''Peu après sa mort, la Gestapo se présentait au domicile de son éditeur parisien pour l’arrêter...''
+
::''Peu après sa mort, la Gestapo se présentait au domicile de son éditeur parisien pour l’arrêter...''
:''Sa tombe fut fleurie clandestinement le lendemain de ses obsèques, par les élèves du Lycée Jean Macé et leurs professeurs, car il leur avait été interdit d’être présents dans le cortège...'' »
+
::''Sa tombe fut fleurie clandestinement le lendemain de ses obsèques, par les élèves du Lycée Jean Macé et leurs professeurs, car il leur avait été interdit d’être présents dans le cortège...'' »
 
+
'''En 1940, il refuse de se joindre à un groupe d’écrivains collaborateurs.'''
En 1940, il refuse de se joindre à un groupe d’écrivains collaborateurs.
+
:Le préfet des Deux-Sèvres le convoque pour l’avertir de son imminente arrestation par la Gestapo.
 
+
:Ernest Pérochon meurt d'une crise cardiaque le 10 février 1942 à l'âge de 57 ans.
Le préfet des Deux-Sèvres le convoque pour l’avertir de son imminente arrestation par la Gestapo.
+
:Sans doute, il ne put supporter le poids du silence qui l’accablait et de l’affreuse perspective d’une arrestation.
 
 
Ernest Pérochon meurt d'une crise cardiaque le 10 février 1942 à l'âge de 57 ans.
 
 
 
Sans doute, il ne put supporter le poids du silence qui l’accablait et de l’affreuse perspective d’une arrestation.
 
  
 
==Témoignages lors de la commémoration du centenaire de sa naissance==
 
==Témoignages lors de la commémoration du centenaire de sa naissance==
Mme Vanda Pérochon, son épouse, sera institutrice à l’école Paul Bert de Niort.
+
:Mme Vanda Pérochon, son épouse, sera institutrice à l’école Paul Bert de Niort.
 
+
'''En 1985, pour le centenaire de la naissance d'Ernest Pérochon, un des ses anciens élèves témoigne''' :
'''En 1985, pour son centenaire, un des anciens élèves, de l'instituteur Ernest Pérochon, témoigne''' :
+
:M. Raoul Ingrand (1904/1988) avait 81 ans en 1985, cet ancien laitier à la coopérative de Celles se souvenait de son instituteur de Vouillé :
 
+
::« ''Le matin, après avoir mené les chèvres au champ, je faisais souvent le chemin de l’école en sa compagnie.''
M. Raoul Ingrand (1904/1988) avait 81 ans en 1985, cet ancien laitier à la coopérative de Celles se souvenait de son instituteur de Vouillé :
+
::''Il se renseignait sur la culture, les prix de la ferme...'' »
 
+
::« ''En classe, il était incliné sur son pupitre, en train d’écrire... L’était toujours en pensée...'' »
:« ''Le matin, après avoir mené les chèvres au champ, je faisais souvent le chemin de l’école en sa compagnie.''
+
:Cet attrait pour le petit bourg de Vouillé, ses habitants, ses maisons basses, lui ont sans doute inspiré pour la rédaction de son œuvre.
:''Il se renseignait sur la culture, les prix de la ferme...'' »
 
:« ''En classe, il était incliné sur son pupitre, en train d’écrire… L’était toujours en pensée….'' »
 
 
 
Cet attrait pour le petit bourg de Vouillé, ses habitants, ses maisons basses, lui ont sans doute inspiré pour la rédaction de son œuvre.
 
  
 
==Stèle, Place du Roulage==
 
==Stèle, Place du Roulage==
Une stèle de 1970, ornée d’une plaque de bronze, est érigée place du Roulage à Niort, à la mémoire d’Ernest Pérochon.
+
:Une stèle, ornée d’une plaque de bronze, est érigée place du Roulage à Niort, à la mémoire d’Ernest Pérochon.
 
+
:Cette stèle, inaugurée le 18 octobre 1970, était préalablement installée sur le square de la poste avant d'être déplacée.
'''Cette stèle a été réalisée par le sculpteur français Albert Bouquillon (1908/1997).''' (Voir Photo).
+
'''Cette stèle a été imaginée par le sculpteur français Albert Bouquillon (1908/1997).''' (Voir Photo).
 
+
:D'un poids de 2,7 tonnes de granit bleu d’Anjou, cette stèle fut réalisée et mise en place  par l'entreprise Noël, granitier aux Aubiers.
La liste de l’œuvre d’Ernest Pérochon est gravée sur cette stèle.
+
'''La liste de l’œuvre d’Ernest Pérochon est gravée sur cette stèle'''.
  
 
== Sources==
 
== Sources==
*Vivre à Niort n°229 , avril 2013(dossier Jean Philippe Béquet).
+
:*Vivre à Niort n°229 , avril 2013 (dossier Jean Philippe Béquet).
*Le Petit Courrier 1942.
+
:*" ''Mémorial des Deux-Sèvres'' " (1932) (1939).
*Archives 79
+
:*" ''Le Petit Courrier'' " 1942.
*NR 28 juin 1985 (Centenaire)
+
:*Archives 79
*http://www.albert-bouquillon.com
+
:*NR 28 juin 1985 (Centenaire)
*JMD
+
:*[http://www.albert-bouquillon.com Sculpteur de la Stèle]
 +
:*JMD

Version actuelle en date du 8 février 2022 à 10:40

Ernest Pérochon prix Goncourt 1920.
Extrait du " Mémorial des Deux-Sèvres (1932). (Cliquer sur l'image pour agrandir)
Nécrologie 1942. (Cliquer sur l'image pour agrandir)
Stèle à la mémoire d'Ernest Pérochon (Place du Roulage).

Biographie simplifiée

Né en 1885 dans le hameau de Tiron à Courlay, Ernest Pérochon est signalé "élève très intelligent" par son instituteur, il est promis à une belle carrière.
En juillet 1896, il est reçu, à 11 ans, premier du canton au Certificat d’Études Primaires.
Après des études à l’école supérieure de Bressuire, il est reçu au Brevet Élémentaire et premier au concours d’entrée à l’École normale de Parthenay en 1900 (Promotion 1900 / 1903).

Il se tourne vers l'enseignement et prend son premier poste d'instituteur en 1903 à Courlay.

En 1904, il est délégué à l’école supérieur de Parthenay pour l’enseignement du français.
En 1907, il épouse Vanda Houmeau, une jeune institutrice et sont nommés à Saint-Paul en Gâtine.
En 1910, il édite ses premiers écrits, on peut lire au lien ci-dessous un extrait d'une de ses publications :
Grand-Père de Ernest Pérochon.
Passionné d'écriture, il édite des poèmes à compte d'auteur et voit son premier roman " Les creux de maisons " publié par " l'Humanité " en 1912, sous forme de feuilleton.

En 1914, les époux Pérochon sont mutés à Vouillé près de Niort.

Il est mobilisé pour la guerre 14/18, mais après de sérieux problèmes de santé, il fut affecté au service auxiliaire à Parthenay, jusqu’en 1919.
C'est en 1930 qu’il installe sa famille au 25, avenue de Limoges, dans ce qui deviendra, en 2013, la Villa Pérochon, centre national d'Art photographique.
Il consacre alors tout son temps à son œuvre littéraire.

Œuvre littéraire (extrait)

Le prix Goncourt lui est décerné le 11 décembre 1920 pour " Nêne ", son troisième roman, le tirage dépassera les 100 000 exemplaires.

Suivra une œuvre conséquente : Ernest Pérochon publie 18 romans de son vivant et un posthume :
Les Creux de Maison : Ce roman met en relief la misère de nos campagnes deux-sèvriennes pour ceux qui n’avaient pas de terre à exploiter.
Ceux-ci devaient se mettre au service des autres, les revenus aléatoires et très modestes ne leur permettaient pas toujours de vivre correctement.
Leurs enfants souvent nombreux, devaient dès le bas âge, mendier pour survivre, on les appelait alors les « cherche-pain »...
Nêne, La Parcelle 32, Bernard l’Ours et la Torpédo Camionnette,
les Gardiennes, l’Eau Courante, Milon,
Barberine des Genêts, les Endiablés, les Hommes Frénétiques,
Huit Gouttes d’Opium, Les Fils Madagascarl’Instituteur,
Marie-Rose Méchain, le Chemin de Plaine, Le Crime Étrange de Lise Balzan,
Au cri du Chouan, Les Ombres, Babette et ses frères...
Son dernier roman sort en 1943 : Le chanteur de Villanelles.

Il écrivit aussi sept livres de lecture pour écoliers.

Le 6 novembre 1932 (Voir photo), il reçoit la croix de la Légion d’Honneur remise par Maurice Le Blond (1).

(1) Maurice Le Blond, ami personnel d’Ernest Pérochon (1877-1944) est né à Niort. Il fut journaliste, écrivain.
Il réédita les œuvres complètes d'Émile Zola dont il fut le gendre après avoir épousé, en 1908, sa fille Denise.

Ernest Pérochon et la seconde guerre mondiale

En 1985, M. René Hudeley, ancien préfet de la résistance en Deux-Sèvres témoigne :

« Quelques jours avant sa disparition, Ernest Pérochon avait été convoqué à la préfecture officielle et accusé d’être gaulliste, propagandiste et agitateur de la jeunesse, c’est alors qu’on lui avait intimé l’ordre de démissionner du conseil d’administration du lycée Jean-Macé.
Peu après sa mort, la Gestapo se présentait au domicile de son éditeur parisien pour l’arrêter...
Sa tombe fut fleurie clandestinement le lendemain de ses obsèques, par les élèves du Lycée Jean Macé et leurs professeurs, car il leur avait été interdit d’être présents dans le cortège... »

En 1940, il refuse de se joindre à un groupe d’écrivains collaborateurs.

Le préfet des Deux-Sèvres le convoque pour l’avertir de son imminente arrestation par la Gestapo.
Ernest Pérochon meurt d'une crise cardiaque le 10 février 1942 à l'âge de 57 ans.
Sans doute, il ne put supporter le poids du silence qui l’accablait et de l’affreuse perspective d’une arrestation.

Témoignages lors de la commémoration du centenaire de sa naissance

Mme Vanda Pérochon, son épouse, sera institutrice à l’école Paul Bert de Niort.

En 1985, pour le centenaire de la naissance d'Ernest Pérochon, un des ses anciens élèves témoigne :

M. Raoul Ingrand (1904/1988) avait 81 ans en 1985, cet ancien laitier à la coopérative de Celles se souvenait de son instituteur de Vouillé :
« Le matin, après avoir mené les chèvres au champ, je faisais souvent le chemin de l’école en sa compagnie.
Il se renseignait sur la culture, les prix de la ferme... »
« En classe, il était incliné sur son pupitre, en train d’écrire... L’était toujours en pensée... »
Cet attrait pour le petit bourg de Vouillé, ses habitants, ses maisons basses, lui ont sans doute inspiré pour la rédaction de son œuvre.

Stèle, Place du Roulage

Une stèle, ornée d’une plaque de bronze, est érigée place du Roulage à Niort, à la mémoire d’Ernest Pérochon.
Cette stèle, inaugurée le 18 octobre 1970, était préalablement installée sur le square de la poste avant d'être déplacée.

Cette stèle a été imaginée par le sculpteur français Albert Bouquillon (1908/1997). (Voir Photo).

D'un poids de 2,7 tonnes de granit bleu d’Anjou, cette stèle fut réalisée et mise en place par l'entreprise Noël, granitier aux Aubiers.

La liste de l’œuvre d’Ernest Pérochon est gravée sur cette stèle.

Sources

  • Vivre à Niort n°229 , avril 2013 (dossier Jean Philippe Béquet).
  • " Mémorial des Deux-Sèvres " (1932) (1939).
  • " Le Petit Courrier " 1942.
  • Archives 79
  • NR 28 juin 1985 (Centenaire)
  • Sculpteur de la Stèle
  • JMD