Le logiciel MediaWiki a été mis à jour afin d’être plus rapide. Si vous observez des problèmes, veuillez laisser un message sur Le Bistro.
Il a été ajouté l’éditeur visuel pour faciliter l’édition (exemple) et un système de discussions amélioré (exemple).

Guerre franco-prussienne de 1870 : Différence entre versions

De WikiNiort
 
Ligne 66 : Ligne 66 :
 
:*Prosper Casimir 1870/1871 - Les pages douloureuses de la Guerre.
 
:*Prosper Casimir 1870/1871 - Les pages douloureuses de la Guerre.
 
:*Archives des Deux-Sèvres.
 
:*Archives des Deux-Sèvres.
 +
:*Mémorial de Deux-Sèvres 1908.
 
:*CO 1949.
 
:*CO 1949.
 
:*JMD
 
:*JMD

Version actuelle en date du 21 janvier 2021 à 17:47

Chapelle des Fontenelles
Exemple de plaque des morts de la guerre de 1870 visible au Monument aux morts de Souché
Jean DAVID, le jour de ses 100 ans (13 janvier 1949)

Les échos de la guerre de 1870 à Niort

En juillet 1870, la guerre entre la France et la Prusse est déclarée.
Le régiment du 34ème des gardes mobiles comptait plus de 9000 hommes, dont 1200 Deux-Sèvriens, sous les ordres du général Dupré.
Le 6 octobre 1870, une bataille, menée par ce même général, fit plus de 800 morts.
Le 1er régiment du train d’artillerie établit un campement provisoire près de la fontaine du Vivier, à proximité de la Grotte Marot (Aujourd'hui dans le quartier Nord, à côté de Cholette).
Les hommes et les chevaux bivouaquent sur ce terrain humide et malsain, qui a certainement contribué au développement des fièvres thyphoïdes et de la dyssentrie, dont le régiment fut atteint.
Les mobiles et les francs-tireurs du régiment s’exerçaient sur la place de la Brèche.
Cette guerre qui dura moins d’un an entraîna la perte de « L’Alsace-Lorraine » et coûta la vie à plus de 140 000 morts à la France.

Conséquences de la guerre de 1870, blessures et maladies soignées à Niort

  • A l'hôpital de Niort
Dès septembre 1870 de nombreux blessés de la guerre furent accueillis à l’Hôpital de Niort dont les bâtiments entourant le cloître furent transformés en hôpital militaire.
Dans cet hôpital, il y eut 4554 malades et blessés soignés dont 421 sont décédés. En novembre 1870, on y comptait plus de 500 lits occupés par des malades ou blessés de guerre.
Certains de ces malades et blessés furent atteint de la Variole qui se propageât dans la population niortaise.
(Les varioleux étaient à cette période transportés dans la « Picotière », un véhicule datant de 1850.)
Les principaux docteurs de l’Hôpital de Niort à cette période étaient: Fontant, Gauné, De Meschinet, Tonnet, Eymer et Chebrou...
  • Aux Fontenelles à Souché
C’est à Souché, aux Fontenelles, que furent accueillis les militaires atteints de maladies contagieuses.

C'est sur le monument aux morts de Souché et sur l'état civil de cette commune que l'on trouve la liste des décédés niortais de cette guerre.

Voyant leur nombre augmenter à l'hôpital de Niort, la décision fut prise de les éloigner de l'établissement en les transférant aux Fontenelles.
A cette période, les Fontenelles appartenaient à la congrégation de l’Immaculée-Conception et ce, depuis 1854.
(Ce qui n'est plus le cas aujourd'hui en 2019).
Du 22 janvier 1871 à 1er mai 1871, 191 malades ont été soignés aux Fontenelles par le docteur De Meschinet dont 48 sont décédés principalement de la variole.
C’est dans la chapelle des Fontenelles (Photo) que l’abbé Édouard Bontemps effectuait les services religieux des inhumations.
  • Saint-Liguaire
Un certain nombre des jeunes gens de Saint-Liguaire faisaient partie de la Garde Mobile.
Ils assistèrent au combat avec l’armée de l’Est du Général Charles-Denis Bourbaki. 
Afin de les soigner, à leur retour, une " ambulance " d’une vingtaine de lits fut installée à Saint-Liguaire.
On trouve dans les archives le nom de Henri Ogier-Collin, décédé le 5 janvier 1871 à Saint-Liguaire.
Henri Ogier-Collin était originaire de Chirens dans l’Isère.

Souvenirs de la guerre de 1870 dans la ville actuelle de Niort

La statue "Gloria Victis", présente sur place de Strasbourg (1), fut élevée en 1881 pour honorer la mémoire des soldats des Deux-Sèvres victimes de la guerre franco-prussienne de 1870.
Cette guerre fut à l’origine de plusieurs noms de rues et places du quartier Nord de Niort.
En souvenir d’une bataille des mobiles en 1870 :
  • Rue de la Burgonce (Bourgonce)
  • Rue Villersexel
  • Rue Beaune-la-Rolande.
La place Chanzy prit le nom du général de division Alfred Chanzy qui participa au combat en 1870.
Ce n’est qu’en 1921 que la rue Alsace-Lorraine prit ce nom après la reconquête de cette région.
(1) la place de Strasbourg était appelée auparavant : Place Napoléon, au centre de la place se trouvait une statue de l'empereur Napoléon 1er.

Louise Bellivier et Pierre Vaury

Le 8 janvier 1902, disparaissait Pierre Vaury, il était né le 29 novembre 1928, il résidait avec son épouse au 45, rue Solférino.
Sous-officier, il avait participé à la guerre de 1870, prisonnier par les Prussiens dans une forteresse éloignée, il était médaillé militaire.
Son épouse, Louise Bellivier, née le 23 août 1819, disparaît le 26 décembre 1908, âgée de 89 ans, rue de Fontenay.
Louise avait servi comme cantinière dans l’armée du second Empire sous Napoléon III.
Elle avait séjourné en Afrique et participé à la Campagne d’Italie en 1859.
Elle prit part à la guerre de 1870 et fut prisonnière des Prussiens.

Anecdote : Mort du dernier soldat des Deux-Sèvres

Le dernier soldat ayant participé à cette guerre fut Jean David, né à Fomperron le 13 janvier 1849.
Il était cultivateur. Ses parents s’appelait René et Louise Grelet. Il fut mobilisé le 6 juillet 1870 et avait le matricule 675.
Jean David a donc traversé les 3 dernières guerres, il fêta son centenaire avec sa famille le 13 janvier 1949. (Voir Photo)
Il vivait à la ferme de la Noblesse à Pamproux.
Il eut la douleur de perdre un de ses petits-fils, victime de la guerre 39/45.
Il décéda à Pamproux le 9 novembre 1949 à l’âge de 100 ans.

Sources

  • Niort et banlieue Clouzot.
  • Prosper Casimir 1870/1871 - Les pages douloureuses de la Guerre.
  • Archives des Deux-Sèvres.
  • Mémorial de Deux-Sèvres 1908.
  • CO 1949.
  • JMD