Le logiciel MediaWiki a été mis à jour afin d’être plus rapide. Si vous observez des problèmes, veuillez laisser un message sur Le Bistro.
Il a été ajouté l’éditeur visuel pour faciliter l’édition (exemple) et un système de discussions amélioré (exemple).

La vie commerçante dans les années 1930 : Différence entre versions

De WikiNiort
 
(4 révisions intermédiaires par 2 utilisateurs non affichées)
Ligne 3 : Ligne 3 :
 
[[Catégorie:Rues de Sainte Pezenne]]
 
[[Catégorie:Rues de Sainte Pezenne]]
 
[[Catégorie:Sainte-Pezenne]]
 
[[Catégorie:Sainte-Pezenne]]
[[Fichier:St Pezenne Commerce 1920.jpg|250px|right|thumb|Commerçant de la rue Centrale vers 1925. (Cliquer sur l'image pour l'agrandir)]]
+
[[Fichier:St Pezenne Commerce 1920.jpg|250px|right|thumb|Commerçant de la rue Centrale vers 1925 (N° 23) ; inscription sur le linteau : " '''DEBIT sur le COMPTOIR''' ". (Cliquer sur l'image pour l'agrandir)]]
  
 
=='''Témoignage de Madame Fouet''' en 1995==
 
=='''Témoignage de Madame Fouet''' en 1995==
*'''Témoignage recueilli en mai 1995''' par « ''[[Groupe "Hier Sainte-Pezenne"|Les quêteurs de mémoire]]'' ».
+
*'''Témoignage recueilli en mai 1995''' par « ''[[Hier Sainte-Pezenne (Groupe)|Les quêteurs de mémoire]]'' ».
 
   
 
   
 
« ''En 1919, les parents de maman sont venus habiter à Sainte Pezenne au n°1 de la [[Moulin d'Ane (rue du)|rue du Moulin d’Ane]] pour y tenir une épicerie.''  
 
« ''En 1919, les parents de maman sont venus habiter à Sainte Pezenne au n°1 de la [[Moulin d'Ane (rue du)|rue du Moulin d’Ane]] pour y tenir une épicerie.''  
Ligne 28 : Ligne 28 :
 
''Il y avait aussi un cordonnier : M. Robin Alcide, beaucoup de cultivateurs, dont certaines femmes avaient des petites charettes à 4 roues et allaient faire du porte à porte pour vendre des légumes, du lait, du fromage, à la ville.''  
 
''Il y avait aussi un cordonnier : M. Robin Alcide, beaucoup de cultivateurs, dont certaines femmes avaient des petites charettes à 4 roues et allaient faire du porte à porte pour vendre des légumes, du lait, du fromage, à la ville.''  
  
''Avant 1936, il n’y avait pas [[Histoire d’eau à Sainte-Pezenne avant 1965.|l’eau courante]], nous allions chercher l’eau à la fontaine des Amourettes '''(Voir photo)''' ou la [[La dernière lavandière du lavoir de Sainte Pezenne|Fontaine des Morts]].''  
+
''Avant 1936, il n’y avait pas [[Histoire d’eau à Sainte-Pezenne avant 1965.|l’eau courante]], nous allions chercher l’eau à la [[Fontaine des Amourettes de Sainte-Pezenne|fontaine des Amourettes]] '''(Voir photo)''' ou la [[La dernière lavandière du lavoir de Sainte Pezenne|Fontaine des Morts]].''  
  
 
''A cette fontaine était le [[La dernière lavandière du lavoir de Sainte Pezenne|lavoir]] où les femmes allaient laver leur linge.  
 
''A cette fontaine était le [[La dernière lavandière du lavoir de Sainte Pezenne|lavoir]] où les femmes allaient laver leur linge.  
Ligne 37 : Ligne 37 :
 
<center>Cliquez sur l’image pour l’agrandir</center>
 
<center>Cliquez sur l’image pour l’agrandir</center>
 
<center><gallery>
 
<center><gallery>
Fichier:Fontaine Amourettes St Pezenne.jpg|Porte du Fontaine des Amourettes (Rénovée années 2000).]].
+
Fichier:Fontaine Amourettes St Pezenne.jpg|Porte du Fontaine des Amourettes (Rénovée années 2000).
 
</gallery>
 
</gallery>

Version actuelle en date du 29 mars 2019 à 19:15

Commerçant de la rue Centrale vers 1925 (N° 23) ; inscription sur le linteau : " DEBIT sur le COMPTOIR ". (Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Témoignage de Madame Fouet en 1995

« En 1919, les parents de maman sont venus habiter à Sainte Pezenne au n°1 de la rue du Moulin d’Ane pour y tenir une épicerie.

En face de leur maison (chez M.Vincendeau actuellement) se tenait la poste. Ils sont partis de cette épicerie en 1928. Celle-ci par la suite a été transférée en face de l’église, (ancienne épicerie Largeas).

A cette période, il y avait plusieurs épiceries : une était tenue rue Pexinoise par M et Mme François Quintard ; une autre rue Centrale par Mme Yvonne Gouet.

Son mari Théophile Gouet avait un chai, rue Pexinoise, et livrait le vin chez les particuliers avec un cheval et une charrette à 4 roues.

Une autre épicerie s’est ouverte rue du Moulin d’Ane et fut tenue par Mme Clarisse Timorès et son mari Victor.

Il y avait un forgeron : M. Jules Roulleau, qui avait sa forge rue de la Routière ; plus haut dans la même rue une autre forge était tenue par M. de Guitare.

Au n°1 de la rue Routière M. Maxime Paulard faisait de l’huile de noix. Les noix étaient écrasées par une grosse pierre ronde.

Il y avait aussi des menuisiers : M. Rémy Déjameau, rue du Dixième, possédait une grande entreprise à ce moment-là.

Dans le bourg existaient 2 cafés ; un occupé par les parents de M. Léonce Passebon et l’autre par M. Bourdeau, où est actuellement la boucherie.

Il y avait aussi un cordonnier : M. Robin Alcide, beaucoup de cultivateurs, dont certaines femmes avaient des petites charettes à 4 roues et allaient faire du porte à porte pour vendre des légumes, du lait, du fromage, à la ville.

Avant 1936, il n’y avait pas l’eau courante, nous allions chercher l’eau à la fontaine des Amourettes (Voir photo) ou la Fontaine des Morts.

A cette fontaine était le lavoir où les femmes allaient laver leur linge.

La mairie et les écoles étaient au centre du bourg, où est actuellement la salle des fêtes. »


Cliquez sur l’image pour l’agrandir