Le logiciel MediaWiki a été mis à jour afin d’être plus rapide. Si vous observez des problèmes, veuillez laisser un message sur Le Bistro.
Il a été ajouté l’éditeur visuel pour faciliter l’édition (exemple) et un système de discussions amélioré (exemple).

Madame de Maintenon : Différence entre versions

De WikiNiort
(Une révision intermédiaire par le même utilisateur non affichée)
Ligne 8 : Ligne 8 :
  
 
==Biographie simplifiée==
 
==Biographie simplifiée==
{{w|Madame de Maintenon}} , était la fille de [[Chapelle de l’ancien Château de Surimeau|Constant d'Aubigné]], et petite fille [[Chapelle de l’ancien Château de Surimeau|d'Agrippa d'Aubigné]], célèbre poète et ami d'{{w|Henri IV}}.  
+
:{{w|Madame de Maintenon}} , était la fille de [[Chapelle de l’ancien Château de Surimeau|Constant d'Aubigné]], et petite fille [[Chapelle de l’ancien Château de Surimeau|d'Agrippa d'Aubigné]], célèbre poète et ami d'{{w|Henri IV}}.  
 
+
:Aristocrate française et épouse secrète de Louis XIV, Madame de Maintenon laisse l’image d’une femme sage et mystérieuse, qui aurait eu une grande influence sur le roi.  
Aristocrate française et épouse secrète de Louis XIV, Madame de Maintenon laisse l’image d’une femme sage et mystérieuse, qui aurait eu une grande influence sur le roi.  
+
:Françoise d'Aubigné est née le 27 novembre 1635 à la prison de Niort. Ce lieu de sa naissance, le plus probable, est l'ancien Palais Royal, voir article : [[Chaumont (Ancien Hôtel)]].
 
+
:En 1845, lors de la vente de la maison de " Candie ", située rue Victor Hugo (Voir photo), on admettait que la maison natale de Mme de Maintenon était celle-ci.
Née le 27 novembre 1635 à la prison de Niort. Ce lieu de sa naissance, le plus probable, est l'ancien Palais Royal, voir article : [[Chaumont (Ancien Hôtel)]].
+
:Elle passe sa petite enfance près de sa tante Madame de Villette, au château de Mursay près de Niort.  
 
+
:Élevée dans la foi calviniste, elle vit une enfance mouvementée marquée par six années passées en Martinique, où son père est nommé gouverneur de Marie-Galante, séjour qui lui vaudra le surnom de " ''Belle Indienne'' ".
En 1845, lors de la vente de la maison de " Candie ", située rue Victor Hugo (Voir photo), on admettait que la maison natale de Mme de Maintenon était celle-ci.
+
:À la mort de son père, elle est recueillie par sa marraine, Mme de Neuillant, qui la place immédiatement chez les {{w|Ursulines}} afin qu'elle soit convertie au catholicisme (1649), tout d'abord au couvent des Ursulines de Niort contre son gré, puis à Paris chez les Ursulines de la rue St Jacques.
 
+
:En avril 1652, à l'âge de seize ans, elle épouse le paralytique poète {{w|Paul Scarron}} de quarante-deux ans son aîné, protégé de Mme de Neuillant à qui elle répondit lors de cette offre inattendue pour une jeune fille sans dot " ''J'aime mieux l'épouser qu'un couvent''."
Elle passe sa petite enfance près de sa tante Madame de Villette, au château de Mursay près de Niort.  
+
vingt-cinq ans, en 1660, elle devient veuve, et si Scarron lui a inculqué une grande culture, il la laisse sans le sou.  
 
+
:Grâce à cette union, elle côtoie les intellectuels de l’époque, tels que {{w|Madame de Sévigné}} et {{w|Madame de La Fayette}}.  
Élevée dans la foi calviniste, elle vit une enfance mouvementée marquée par six années passées en Martinique, où son père est nommé gouverneur de Marie-Galante, séjour qui lui vaudra le surnom de " ''Belle Indienne'' ".
+
:Elle est nommée gouvernante des enfants illégitimes du roi et de {{w|Madame de Montespan}} en 1669 à la naissance d'une première fille.  
 
+
:Un second enfant arrive en 1670, peu après le décès du premier. Elle réapparaît à la cour en 1673 lors de la légitimation des bâtards royaux.  
À la mort de son père, elle est recueillie par sa marraine, Mme de Neuillant, qui la place immédiatement chez les {{w|Ursulines}} afin qu'elle soit convertie au catholicisme (1649), tout d'abord au couvent des Ursulines de Niort contre son gré, puis à Paris chez les Ursulines de la rue St Jacques.
+
:Le 27 décembre 1674, elle achète pour 150 000 livres, avec l'argent de sa revente, le château et le titre de Marquise de Maintenon à Françoise d’Angennes.
 
+
:Les traces écrites de sa véritable relation avec le roi la font remonter à 1675, même s'ils se sont rencontrés dès 1669.  
En avril 1652, à l'âge de seize ans, elle épouse le paralytique poète {{w|Paul Scarron}} de quarante-deux ans son aîné, protégé de Mme de Neuillant à qui elle répondit lors de cette offre inattendue pour une jeune fille sans dot " ''J'aime mieux l'épouser qu'un couvent''."
+
'''D’ailleurs, Louis XIV écrivit dans son journal :'''
 
 
A vingt-cinq ans, en 1660, elle devient veuve, et si Scarron lui a inculqué une grande culture, il la laisse sans le sou.  
 
 
 
Grâce à cette union, elle côtoie les intellectuels de l’époque, tels que {{w|Madame de Sévigné}} et {{w|Madame de La Fayette}}.  
 
 
 
Elle est nommée gouvernante des enfants illégitimes du roi et de {{w|Madame de Montespan}} en 1669 à la naissance d'une première fille.  
 
 
 
Un second enfant arrive en 1670, peu après le décès du premier. Elle réapparaît à la cour en 1673 lors de la légitimation des bâtards royaux.  
 
 
 
Le 27 décembre 1674, elle achète pour 150 000 livres, avec l'argent de sa revente, le château et le titre de Marquise de Maintenon à Françoise d’Angennes.
 
 
 
Les traces écrites de sa véritable relation avec le roi la font remonter à 1675, même s'ils se sont rencontrés dès 1669.  
 
 
 
D’ailleurs, Louis XIV écrivit dans son journal :
 
 
::« ''Il y a quelques jours, un gentilhomme de gris vêtu, peut-être un prince errant incognito, entreprit durant la nuit une nymphe égarée dans le parc de Saint-Germain. Il savoit le nom de cette nymphe, qu’elle étoit belle, bonne, pleine d’esprit mais sage. La nymphe cependant se laissa faire et ne lui refusa aucune faveur. Cette nymphe ressemblait à s’y méprendre à Mme Sc. ; et je crois deviner qui étoit le prince vêtu de gris. Ce prince est comme moi, il déteste les femmes légères, il honnit les prudes, il aime les sages ».''  
 
::« ''Il y a quelques jours, un gentilhomme de gris vêtu, peut-être un prince errant incognito, entreprit durant la nuit une nymphe égarée dans le parc de Saint-Germain. Il savoit le nom de cette nymphe, qu’elle étoit belle, bonne, pleine d’esprit mais sage. La nymphe cependant se laissa faire et ne lui refusa aucune faveur. Cette nymphe ressemblait à s’y méprendre à Mme Sc. ; et je crois deviner qui étoit le prince vêtu de gris. Ce prince est comme moi, il déteste les femmes légères, il honnit les prudes, il aime les sages ».''  
 
+
:Sa faveur commença à se déclarer lorsque, en 1675, le roi la nomma « Madame de Maintenon » balayant ainsi le vieux poète Scarron.  
Sa faveur commença à se déclarer lorsque, en 1675, le roi la nomma « Madame de Maintenon » balayant ainsi le vieux poète Scarron.  
+
:Par la suite tout s'accélère, sa faveur grandit, elle forme avec le roi le vrai couple parental des bâtards dont le duc du Maine.  
 
+
:Le couple se marie en secret après la mort de la reine, {{w|Marie-Thérèse d'Autriche}}, en 1683, le roi épouse Mme de Maintenon dans la nuit du 9 au 10 octobre 1683.  
Par la suite tout s'accélère, sa faveur grandit, elle forme avec le roi le vrai couple parental des bâtards dont le duc du Maine.  
+
:Ce mariage reste secret mais le doute plane sur la cour, Madame de Maintenon, reine discrète mais à la morale sans faille, aurait eu une grande influence sur le roi.  
 
+
:Certains historiens s’interrogent même sur le rôle qu’elle aurait joué dans la révocation de l’édit de Nantes.  
Le couple se marie en secret après la mort de la reine, {{w|Marie-Thérèse d'Autriche}}, en 1683, le roi épouse Mme de Maintenon dans la nuit du 9 au 10 octobre 1683.  
+
:Femme sage et pieuse qui ne manque pas d’esprit, elle fait planer sur la cour une ère de dévotion et de rigueur.
 
+
:Les historiens se sont beaucoup interrogés et s'interrogent encore sur le rôle réel joué par Mme de Maintenon.
Ce mariage reste secret mais le doute plane sur la cour, Madame de Maintenon, reine discrète mais à la morale sans faille, aurait eu une grande influence sur le roi.  
+
:Elle fut accusée de tous les maux, révocation de l'Edit de Nantes, par exemple, dont nous savons qu'elle ne fut en aucun cas responsable.
 
+
:Il convient de modérer son influence auprès du roi, même si sa présence a pu jouer parfois un rôle non négligeable.
Certains historiens s’interrogent même sur le rôle qu’elle aurait joué dans la révocation de l’édit de Nantes.  
+
:Le roi crée pour elle Saint Cyr, maison d'éducation des jeunes filles nobles pauvres en 1686, lieu où elle se retirera à la mort de son mari en 1715 et y mourra le 15 avril 1719.
 
 
Femme sage et pieuse qui ne manque pas d’esprit, elle fait planer sur la cour une ère de dévotion et de rigueur.
 
 
 
Les historiens se sont beaucoup interrogés et s'interrogent encore sur le rôle réel joué par Mme de Maintenon.
 
 
 
Elle fut accusée de tous les maux, révocation de l'Edit de Nantes, par exemple, dont nous savons qu'elle ne fut en aucun cas responsable.
 
 
 
Il convient de modérer son influence auprès du roi, même si sa présence a pu jouer parfois un rôle non négligeable.
 
 
 
Le roi crée pour elle Saint Cyr, maison d'éducation des jeunes filles nobles pauvres en 1686, lieu où elle se retirera à la mort de son mari en 1715 et y mourra le 15 avril 1719.
 
  
 
==Ses phrases célèbres==
 
==Ses phrases célèbres==
Ligne 65 : Ligne 41 :
 
::''"Nous avons le nécessaire et le commode, tout le reste n’est que cupidité."''
 
::''"Nous avons le nécessaire et le commode, tout le reste n’est que cupidité."''
 
::''"Mesdames, souriez afin que plus tard, vos rides soient bien placées."''
 
::''"Mesdames, souriez afin que plus tard, vos rides soient bien placées."''
 +
 +
==Feuilleton de 1943==
 +
:Sur le " ''Mémorial de l'Ouest'' " de 1843, un feuilleton, extrait d'un ouvrage de l'époque écrit par Eugénie Fox y est imprimé.
 +
:Ces notes un peu romancées retracent la vie de Françoise d'Aubigné devenue Madame de Maintenon.
 +
:Ce document de 30 pages nous donne un grand nombre d'anecdotes sur les différentes étapes de sa vie.
 +
::*'''On peut lire ce document au lien ci-contre''' : [https://www.cjoint.com/doc/19_11/IKkqFtwQdxE_Feuilleton-1843-Maintenon-MO.pdf '''Feuilleton sur Françoise d'Aubigné''']
  
 
==Anecdote==
 
==Anecdote==
En 1935, un manuscrit de Mme de Maintenon, conservé à la Bibliothèque de Versailles est dérobé.
+
:En 1935, un manuscrit de Mme de Maintenon, conservé à la Bibliothèque de Versailles est dérobé.
 
+
:Son " emprunteur ", retrouvé à Marseille, fut condamné à 13 mois de prison. (Voir Doc Presse)
Son " emprunteur ", retrouvé à Marseille, fut condamné à 13 mois de prison. (Voir Doc Presse)
 
  
 
==Sources ==
 
==Sources ==
*L'Eclair de l'Ouest 1935.
+
:*L'Eclair de l'Ouest 1935.
*Le Mémorial de l'Ouest 1943.
+
:*Le Mémorial de l'Ouest 1943.
  
 
<center>''Cliquez sur les images pour les agrandir''</center>
 
<center>''Cliquez sur les images pour les agrandir''</center>
 
<center><gallery>
 
<center><gallery>
 
Fichier:Manuscrit Mme Maintenon.jpg|Faits divers : vol du manuscrit en 1935.
 
Fichier:Manuscrit Mme Maintenon.jpg|Faits divers : vol du manuscrit en 1935.
 +
Fichier:plaque dans rue du Pont.jpg|Plaque, rue du Pont (2017).
 
Fichier:MURSAY XXe.jpg|Château de Mursay.
 
Fichier:MURSAY XXe.jpg|Château de Mursay.
 
Fichier:Chateau Mursay.jpg|Château de Mursay (79 Sciecq) où vécut Mme de Maintenon dans sa jeunesse (En ruine, propriété de l' AGGLO).
 
Fichier:Chateau Mursay.jpg|Château de Mursay (79 Sciecq) où vécut Mme de Maintenon dans sa jeunesse (En ruine, propriété de l' AGGLO).

Version du 10 novembre 2019 à 17:52

Madame de Maintenon - Portrait
Maison de Candie (Entre rue Victor Hugo et rue du Soleil).
Françoise D'Aubigné, Marquise de Maintenon (Henri Gascar 1674) (Portrait acquit en 2017 par mécénat)

Biographie simplifiée

Madame de Maintenon Wikipedia-logo.svg.png , était la fille de Constant d'Aubigné, et petite fille d'Agrippa d'Aubigné, célèbre poète et ami d'Henri IV Wikipedia-logo.svg.png.
Aristocrate française et épouse secrète de Louis XIV, Madame de Maintenon laisse l’image d’une femme sage et mystérieuse, qui aurait eu une grande influence sur le roi.
Françoise d'Aubigné est née le 27 novembre 1635 à la prison de Niort. Ce lieu de sa naissance, le plus probable, est l'ancien Palais Royal, voir article : Chaumont (Ancien Hôtel).
En 1845, lors de la vente de la maison de " Candie ", située rue Victor Hugo (Voir photo), on admettait que la maison natale de Mme de Maintenon était celle-ci.
Elle passe sa petite enfance près de sa tante Madame de Villette, au château de Mursay près de Niort.
Élevée dans la foi calviniste, elle vit une enfance mouvementée marquée par six années passées en Martinique, où son père est nommé gouverneur de Marie-Galante, séjour qui lui vaudra le surnom de " Belle Indienne ".
À la mort de son père, elle est recueillie par sa marraine, Mme de Neuillant, qui la place immédiatement chez les Ursulines Wikipedia-logo.svg.png afin qu'elle soit convertie au catholicisme (1649), tout d'abord au couvent des Ursulines de Niort contre son gré, puis à Paris chez les Ursulines de la rue St Jacques.
En avril 1652, à l'âge de seize ans, elle épouse le paralytique poète Paul Scarron Wikipedia-logo.svg.png de quarante-deux ans son aîné, protégé de Mme de Neuillant à qui elle répondit lors de cette offre inattendue pour une jeune fille sans dot " J'aime mieux l'épouser qu'un couvent."
À vingt-cinq ans, en 1660, elle devient veuve, et si Scarron lui a inculqué une grande culture, il la laisse sans le sou.
Grâce à cette union, elle côtoie les intellectuels de l’époque, tels que Madame de Sévigné Wikipedia-logo.svg.png et Madame de La Fayette Wikipedia-logo.svg.png.
Elle est nommée gouvernante des enfants illégitimes du roi et de Madame de Montespan Wikipedia-logo.svg.png en 1669 à la naissance d'une première fille.
Un second enfant arrive en 1670, peu après le décès du premier. Elle réapparaît à la cour en 1673 lors de la légitimation des bâtards royaux.
Le 27 décembre 1674, elle achète pour 150 000 livres, avec l'argent de sa revente, le château et le titre de Marquise de Maintenon à Françoise d’Angennes.
Les traces écrites de sa véritable relation avec le roi la font remonter à 1675, même s'ils se sont rencontrés dès 1669.

D’ailleurs, Louis XIV écrivit dans son journal :

« Il y a quelques jours, un gentilhomme de gris vêtu, peut-être un prince errant incognito, entreprit durant la nuit une nymphe égarée dans le parc de Saint-Germain. Il savoit le nom de cette nymphe, qu’elle étoit belle, bonne, pleine d’esprit mais sage. La nymphe cependant se laissa faire et ne lui refusa aucune faveur. Cette nymphe ressemblait à s’y méprendre à Mme Sc. ; et je crois deviner qui étoit le prince vêtu de gris. Ce prince est comme moi, il déteste les femmes légères, il honnit les prudes, il aime les sages ».
Sa faveur commença à se déclarer lorsque, en 1675, le roi la nomma « Madame de Maintenon » balayant ainsi le vieux poète Scarron.
Par la suite tout s'accélère, sa faveur grandit, elle forme avec le roi le vrai couple parental des bâtards dont le duc du Maine.
Le couple se marie en secret après la mort de la reine, Marie-Thérèse d'Autriche Wikipedia-logo.svg.png, en 1683, le roi épouse Mme de Maintenon dans la nuit du 9 au 10 octobre 1683.
Ce mariage reste secret mais le doute plane sur la cour, Madame de Maintenon, reine discrète mais à la morale sans faille, aurait eu une grande influence sur le roi.
Certains historiens s’interrogent même sur le rôle qu’elle aurait joué dans la révocation de l’édit de Nantes.
Femme sage et pieuse qui ne manque pas d’esprit, elle fait planer sur la cour une ère de dévotion et de rigueur.
Les historiens se sont beaucoup interrogés et s'interrogent encore sur le rôle réel joué par Mme de Maintenon.
Elle fut accusée de tous les maux, révocation de l'Edit de Nantes, par exemple, dont nous savons qu'elle ne fut en aucun cas responsable.
Il convient de modérer son influence auprès du roi, même si sa présence a pu jouer parfois un rôle non négligeable.
Le roi crée pour elle Saint Cyr, maison d'éducation des jeunes filles nobles pauvres en 1686, lieu où elle se retirera à la mort de son mari en 1715 et y mourra le 15 avril 1719.

Ses phrases célèbres

"Rien n'est moins raisonnable que de vouloir que les enfants le soient."
"Le meilleur moyen d’adoucir ses peines est d’adoucir celles des autres."
"Pour les femmes, la douceur est le meilleur moyen d’avoir raison."
"Nous avons le nécessaire et le commode, tout le reste n’est que cupidité."
"Mesdames, souriez afin que plus tard, vos rides soient bien placées."

Feuilleton de 1943

Sur le " Mémorial de l'Ouest " de 1843, un feuilleton, extrait d'un ouvrage de l'époque écrit par Eugénie Fox y est imprimé.
Ces notes un peu romancées retracent la vie de Françoise d'Aubigné devenue Madame de Maintenon.
Ce document de 30 pages nous donne un grand nombre d'anecdotes sur les différentes étapes de sa vie.

Anecdote

En 1935, un manuscrit de Mme de Maintenon, conservé à la Bibliothèque de Versailles est dérobé.
Son " emprunteur ", retrouvé à Marseille, fut condamné à 13 mois de prison. (Voir Doc Presse)

Sources

  • L'Eclair de l'Ouest 1935.
  • Le Mémorial de l'Ouest 1943.
Cliquez sur les images pour les agrandir