Le logiciel MediaWiki a été mis à jour afin d’être plus rapide. Si vous observez des problèmes, veuillez laisser un message sur Le Bistro.
Il a été ajouté l’éditeur visuel pour faciliter l’édition (exemple) et un système de discussions amélioré (exemple).

Moulins à vent dans Niort (Anciens)

De WikiNiort
Révision de 24 juin 2019 à 17:57 par Hier.Saint-Liguaire (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Moulin de la Tiffardière
Moulin de la Tiffardière (Vue sur le toit)
Moulin de la Roussille
Gravure du Bail de 1811 (Moulin de la Roussille).
Acte de Vente de 1840 du moulin du Frêne (Vers l'Avenue de Limoges).

Moulin à vent de la Tiffardière

Enveloppé dans un écrin vert, (Voir photo) il se détache au bord du Chemin à Tous Vents, au centre de la plaine céréalière de Saint-Liguaire.

Il est situé à une hauteur de 45 m, il est de petite taille, un arbre s’élève en son centre.

La distance, à vol d'oiseau, qui sépare le moulin à vent de la Tiffardière du moulin à vent de la Roussille, est d'environ 1500m.

Sur la face extérieure du linteau de l'entrée ouest, la date de 1835 est gravée, c'est sans doute l'année de sa construction.

Son édification est donc postérieure de 24 ans à celle de son voisin de la Roussille.

Moulin à vent de la Roussille

Il est situé au nord de Saint-Liguaire, sur un plateau près de la Roussille et sur la rive droite de la Sèvre.

Coordonnées GPS : Latitude: 46.337031 et longitude: -0.503349

Ce moulin à vent ne semble pas avoir été opérationnel après la moitié du XIXe siècle.

Son diamètre intérieur est de 3,50m, son diamètre extérieur est de 5,50m et sa hauteur est de 8m (sans le toit).

Construit en pierre calcaire, sa construction cylindrique a nécessité un volume de 110m3 de pierre.

Deux portes (est et ouest), diamétralement opposées, permettent l’accès à l'intérieur du moulin, quelque soit la position de ses ailes.

Ce moulin était coiffé d’un calotte tournant sur un pivot central, afin de diriger les ailes contre le vent.

Les ailes étaient recouvertes de toile puis, plus tard, de planchettes mobiles.

Une poutrelle appelée « guivre » qui pendait obliquement du côté opposé aux ailes permettait de faire tourner la « calotte ».

Deux meules cylindriques , l’une « dormante » et l’autre « tournante », permettaient l’écrasement des céréales et de production de farine.

Un escalier dont il reste quelques vestiges permettait l'accès à la partie haute du moulin. (Voir photo).

Gravures identifiées dans le moulin de la Roussille

La gravure la plus importante date de 1811, elle identifie la propriétaire de cette époque, Mme Suzanne Moreau.

Suzanne Moreau conclut un bail pour l’utilisation de ce moulin le 1er août 1811 avec Jean Fouretier, meunier ou farinier.

Il s’agit de Jean Forestier qui signait Jean Fouretier comme l’atteste les documents de l’État civil de Saint-Liguaire. (voir photo).

La notification du bail est gravée de façon soignée sur l’entrée ouest de ce moulin. (Voir photo).

  • Reproduction de cette gravure.
CE MOULIN APARTIEN A MME SUZANE
MOREAU BAIL LE PREMIER AOUT 1811
1811 JEAN FOURETIER FARINIER

Jean Forestier, meunier au moulin à vent de la Roussille

Jean Forestier a épousé Jeanne Marteau, il habite au village de la la Tiffardière. Ils ont au moins 3 enfants:

  • Jeanne née le 29 novembre 1807.
  • Jean né le 6 novembre 1808.
  • Marie Madeleine née le 2 mars 1821.

Jean Forestier décède le 24 avril 1835 âgé de 67 ans à la Tiffardière de Saint-Liguaire.

Utilisation des deux moulins à vent de Saint-Liguaire en 1940

Le 17 mai 1940, Albert Lebrun, Président de la République Française, signe un décret permettant le recrutement de réservistes qui à l’arrière du front, peuvent prendre part à l’action de protection du territoire français contre l’ennemi.

L’engagement de ces Gardes Territoriaux se faisant au niveau des communes, Saint-Liguaire s’organisa pour cette mission.

Les 2 moulins à vent furent alors utilisés comme point de rencontre et d’observation des manœuvres des Allemands.

Les Allemands entrèrent à Niort le soir du 22 juin 1940.

Un document manuscrit de juin 1940, affiche les noms et la présence de ces combattants volontaires de Saint-Liguaire. (Voir Photo).

La mission des Gardes Territoriaux de Saint-Liguaire devait s’achever rapidement, sous cette forme, par l’avènement, en juillet 1940, du Régime de Vichy...


Autres moulins à vent dans les Deux-Sèvres

Selon un recensement de 1809, on comptait 466 moulins à vent dans les Deux-Sèvres.

3 autres exemples à Niort :

  • Moulin de Ribray :

Il y avait sur les côteaux de Ribray à quelques encablures du moulin de la Roussille un autre moulin à vent sur la rive gauche.

Selon Henri Gelin, célèbre historien local, le moulin de Ribray avait « commencer de fariner le jour où l’empereur est monté le trône » (1804).

En 1880, le moulin à vent de Ribray servait de poulailler, il a disparu complètement à ce jour.

  • Moulins de la rue Brun Puyrajoux (Moulin du Frêne) :

Il y avait à l'origine deux moulins à vent comme on le découvre sur un plan de 1860.

Ces moulins qui ont perdu depuis longtemps leurs ailes, datent aussi de 1804.

Il reste un seul moulin, toujours visible en 2019, il a fonctionné pendant 2 années à la vapeur.

Ce moulin fut ensuite aménagé en pigeonnier et intégré dans des habitations.

Ce moulin, situé près des Terrasses fut réaménagé et offre une jolie silhouette...

La disparition des moulins à vent

Au début du XXème siècle un poète régional écrivait ceci (extrait) :

« ...Entre eux subsiste encore la saine odeur des blés
Qu’écrasaient autrefois leurs lourdes meules blondes
Aussi, quand le parfum doré des moissons blondes
Leur parvient, les moulins en demeurent troublés... »

Le rôle principal des moulins à vent étaient de suppléer les moulins à eaux par manque d’eau ou en période de gel dans les rivières.

L’invention des cylindres métalliques vers 1878, entraînés par des moteurs, a permis la mécanisation des moulins.

Les moteurs à vapeur puis au mazout, ont vite remplacé l’usage du moulin à vent.

Sources

  • Archives 79.
  • Henri Gelin. Au temps passé.
  • Photos personnelles.
  • NR 1964.
  • Géoportail.
  • "Mémorial de l'Ouest" 1840.
  • Hier Sait-Liguaire
  • Extraits : " Journal officiel de la République française. Lois et décrets " (18 mai 1940 P 3692)
  • JMD
Cliquez sur les images pour les agrandir