Le logiciel MediaWiki a été mis à jour afin d’être plus rapide. Si vous observez des problèmes, veuillez laisser un message sur Le Bistro.
Il a été ajouté l’éditeur visuel pour faciliter l’édition (exemple) et un système de discussions amélioré (exemple).

Panzani

De WikiNiort
Révision de 10 septembre 2020 à 08:29 par Jeanmichel.dallet (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Publicité
Jean Panzani en 1950 dans son usine à Parthenay (Photo NR)
Musée de Parthenay, Céramique de Parthenay (Hervé Ruan).(Photo wiki niort)

" Des pâtes, des pâtes, oui, mais des Panzani ! "

En dégustant des pâtes de la marque Panzani Wikipedia-logo.svg.png, vous ne mangez pas italien, mais bel et bien français !... et même Niortais !!!

Jean Panzani a créé ses premières nouilles en 1940 à Niort dans le grenier d'une maison située route de Parthenay.
C'est en 1975 qu'apparaît son slogan " Des pâtes, des pâtes, oui, mais des Panzani ", et le célèbre Don Patillo.
Il créera ce slogan pour se protéger de l'offensive de la concurrence.

Biographie simplifiée de Jean Panzani.

Jean Panzani est né en 1911 à Paris, ses parents, Henri Panzani, né en 1879 et Antoinette Ciappi née en 1874, sont originaires de Florence en Italie.

À l’âge de 20 ans, en 1931, il habite avec ses parents et son frère au N° 15 de la Rue Ricard, il est employé comptable comme son père Henri.
Jean Panzani devient expert-comptable. En 1936, il a une agence de publicité au 20, rue de l'Arsenal à Niort.
La même année, il gère une agence immobilière au 2, rue Barbezière à Niort dans le restaurant de Mme Savignien.
Puis il part à la guerre 39/45, blessé, il est démobilisé en 1940 et revient à Niort, chez ses beaux-parents.
En 1936, ses beaux-parents, Henri Négret, courtier en tissus et Louise Gautreau, son épouse, habitent au 78, rue Gambetta à Niort.

En 1940, Jean Panzani, ce fils de commerçants italiens, élabore sa première recette de nouilles à base de farine dans le grenier de ses beaux-parents à Niort.

La semoule étant introuvable pendant cette période de l'Occupation.
Sa production est plus qu’artisanale, il assure lui-même les livraisons à vélo.
Puis, il s’installe à Niort dans un petit atelier, rue Baugier.
On retrouve les Ets Panzani au 33 ter, rue d’Échiré (aujourd’hui, avenue du Maréchal Leclerc).
Suite à l'engouement des Niortais pour ses pâtes fabriquées à la main, il doit s'agrandir.

En 1946, il quitte Niort et s'installe dans une ancienne usine à chaussures à Parthenay.

Il résidait alors en 1946, au 6, place de Strasbourg à Niort.
Sa fille Francine lui inspire le nom de sa première marque commerciale.
Il rachète ensuite les locaux de « Pepy », une ancienne conserverie de petits pois et se crée de grands entrepôts.

En 1950, sa première société " Pasta Panzani " est fondée et il est le premier à présenter sa fabrication sous cellophane.

En mars 1967, l’entreprise qui s’appelle alors " Régia-Panzani " et fabrique des pâtes, emploi 231 personnes.

Une partie de l'entreprise installe son siège à Lyon et une nouvelle usine à Marseille et à Chelles.
Le déclin de l'usine de Parthenay va commencer, un licenciement en mars 1967 va alors concerner 135 personnes (35 femmes et 100 hommes), reste 96 employés.
Une des explications de ce licenciement est consécutive à l’automatisation des usines de Chelles et de Marseille qui ont permis de diminuer le prix de revient de la fabrication des pâtes.

En 1970, Panzani s'unit à " Pâtes Milliat Frères ", marque déjà distribuée à Niort en 1936.

Seul subsistera un dépôt à Parthenay jusqu’en 1998.
Jean Panzani décède à Lyon en octobre 2003, il a 92 ans.
Il repose désormais dans le caveau familial à Parthenay.

Anecdote 1

En 1941, une seconde fabrication de pâtes s'installe à Niort.

Cette petite usine est dirigée par M. Blanc qui s'installe au Coteau de Ribray.

Anecdote 2

Un accident sans conséquences (Voir photo) se produisit à quelques kilomètres de Parthenay.
Le chauffeur était un livreur de pâtes " Panzani ".
Cet accident se produisit le 3 octobre 1962.

Sources

  • Archives 79.
  • La Nouvelle République 1996, 2003.
  • CO 1962, 1967.
  • Musée d'Art et d'Histoire de Parthenay.
  • Annuaire Niort 1936, 1947.
Cliquez sur les images pour les agrandir