Le logiciel MediaWiki a été mis à jour afin d’être plus rapide. Si vous observez des problèmes, veuillez laisser un message sur Le Bistro.
Il a été ajouté l’éditeur visuel pour faciliter l’édition (exemple) et un système de discussions amélioré (exemple).

TAHAN Jean-Hubert (Artiste peintre) : Différence entre versions

De WikiNiort
 
(2 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
[[Catégorie:Portraits]]
 
[[Catégorie:Portraits]]
 +
[[Catégorie:Art et Culture]]
 +
 
'''Article en construction, 30 juin 2020'''
 
'''Article en construction, 30 juin 2020'''
 +
[[Fichier:1834 Le Vendeen.jpg|250px|right|thumb|Première Exposition à Niort. (" ''Le Vendéen, journal du Poitou'' " en 1834) (Ph 1).]]
 +
[[Fichier:JFF Fayet portrait.jpg|200px|right|thumb|François Fayet : exemple de Portrait réalisé par J H Tahan) (Ph 2).]]
 +
[[Fichier:Saint Lambert Liège.jpg|200px|right|thumb|Tableau représentant le " ''Le Martyre de Saint Lambert'' " (Cathédrale de Liège) (Ph 3).]]
 +
[[Fichier: St Martin Fressines.jpg|200px|right|thumb|Tableau représentant " ''Saint-Martin'' " (Église de Fressines) (Ph 4).]]
 +
 
==Biographie simplifiée==
 
==Biographie simplifiée==
 
:Jean-Hubert Tahan fut un peintre d’histoire, souvent religieuse, et de portrait.
 
:Jean-Hubert Tahan fut un peintre d’histoire, souvent religieuse, et de portrait.
 
:Il est né le 8 novembre 1777 à Spa en Belgique, ses parents sont ébénistes, décorateurs d'arts.
 
:Il est né le 8 novembre 1777 à Spa en Belgique, ses parents sont ébénistes, décorateurs d'arts.
 
:Il fut, l’élève de  Nicolas-Henri-Joseph de Fassin, peintre de paysages né à Liège (1728-1811), installé un temps à Spa.  
 
:Il fut, l’élève de  Nicolas-Henri-Joseph de Fassin, peintre de paysages né à Liège (1728-1811), installé un temps à Spa.  
:En 1795 '''(1)''', Jean-Hubert Tahan part, comme conscrit, à Paris pour rejoindre l’armée française.
+
:En 1795 '''(1)''', Jean-Hubert Tahan part, comme conscrit, à Paris pour rejoindre l’armée française.
 
:Étant au dépôt de son régiment à Paris, il entre à l’atelier de Jacques-Louis David (1748-1825), peintre de l’empereur Napoléon Bonaparte.
 
:Étant au dépôt de son régiment à Paris, il entre à l’atelier de Jacques-Louis David (1748-1825), peintre de l’empereur Napoléon Bonaparte.
 
:Jacques-Louis David le fit exempter du service de l'armée.
 
:Jacques-Louis David le fit exempter du service de l'armée.
Ligne 11 : Ligne 18 :
 
:'''Exemple :'''
 
:'''Exemple :'''
 
:: « ''Sacre de l'empereur Napoléon Ier et couronnement de l'impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris , le 2 décembre 1804'' »  (621 x 979 cm).
 
:: « ''Sacre de l'empereur Napoléon Ier et couronnement de l'impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris , le 2 décembre 1804'' »  (621 x 979 cm).
'''En 1834, il expose à Niort (Voir photo) à l’hôtel des 3 pigeons (2), date à laquelle il s’établit définitivement dans cette ville, il a 57 ans.'''
+
'''En 1834, il expose à Niort (Voir photo 1) à l’hôtel des 3 pigeons (2), date à laquelle il s’établit définitivement dans cette ville, il a 57 ans.'''
 
:Il réside près de l’Avenue de Limoges et des Sablières.
 
:Il réside près de l’Avenue de Limoges et des Sablières.
 
:Sa présence à Niort lui permit sans doute de diffuser une partie de ses œuvres dans la région...
 
:Sa présence à Niort lui permit sans doute de diffuser une partie de ses œuvres dans la région...
:Il y décède à Niort le 23 mai 1843, après y avoir vécut une dizaine d’années dans cette ville.
+
'''Il décède à Niort le 23 mai 1843, après y avoir vécut une dizaine d’années dans cette ville.'''
 
::'''(1)''' En 1795, la Belgique est annexée à la France, la Belgique redeviendra indépendante en 1814.
 
::'''(1)''' En 1795, la Belgique est annexée à la France, la Belgique redeviendra indépendante en 1814.
 
::'''(2)''' En 1834, [[POMPIERS de Niort|l’hôtel des 3 pigeons]] était situé à proximité du Donjon près du magasin des pompes à incendies
 
::'''(2)''' En 1834, [[POMPIERS de Niort|l’hôtel des 3 pigeons]] était situé à proximité du Donjon près du magasin des pompes à incendies
Ligne 23 : Ligne 30 :
 
::''Ce tableau, de forme et dimension à être placé dans une chapelle, contente généralement nos connaisseurs. Sur le premier plan, deux anges, noblement et correctement dessinés, à genoux sur des nuages, sont en adoration. L’onction, l’humilité et la modestie la plus profonde y sont  parfaitement senties. Au dessus s’élèvent des têtes d’anges et de chérubins qui entourent le cœur, si savamment groupés, qu’ils intéressent les spectateurs. La douce variation des couleurs claire, obscure harmonie, tout concourt à faire admirablement ressortir les expressions qui forment l'ensemble général.
 
::''Ce tableau, de forme et dimension à être placé dans une chapelle, contente généralement nos connaisseurs. Sur le premier plan, deux anges, noblement et correctement dessinés, à genoux sur des nuages, sont en adoration. L’onction, l’humilité et la modestie la plus profonde y sont  parfaitement senties. Au dessus s’élèvent des têtes d’anges et de chérubins qui entourent le cœur, si savamment groupés, qu’ils intéressent les spectateurs. La douce variation des couleurs claire, obscure harmonie, tout concourt à faire admirablement ressortir les expressions qui forment l'ensemble général.
 
::''Quelques amis des Arts ayant été admis à visiter l’atelier de M. TAHAN, où ils ont vu plusieurs pièces capitales et autres productions d’une touche facile et harmonieuse, toutes de cet homme modeste et de talent, nous ne pouvons donc que nous féliciter de la détermination de cet ancien élève de David, d’être venu se fixer à Niort, où nous avons tout lieu d’espérer que son mérite sera apprécié.'' »
 
::''Quelques amis des Arts ayant été admis à visiter l’atelier de M. TAHAN, où ils ont vu plusieurs pièces capitales et autres productions d’une touche facile et harmonieuse, toutes de cet homme modeste et de talent, nous ne pouvons donc que nous féliciter de la détermination de cet ancien élève de David, d’être venu se fixer à Niort, où nous avons tout lieu d’espérer que son mérite sera apprécié.'' »
==Quelques tableaux==
+
==Quelques tableaux de Jean-Hubert Tahan==
:- En 1813, il peint pour la cathédrale de Liège, « ''Le Martyre de Saint Lambert'' », cette toile de grande dimension, (4,5m x 3,5m), est sans doute d’inspiration de Jacques-Louis David, dont il fut l’élève.
+
:- En 1813, il peint pour la cathédrale de Liège, « ''Le Martyre de Saint Lambert'' », cette toile de grande dimension, (4,5 m x 3,5 m), est sans doute d’inspiration de Jacques-Louis David, dont il fut l’élève (Voir photo 3).
 
:Cette toile (Voir photo en noir et blanc) fut restaurée en 2007, grâce au soutien soutien de la Fondation Roi Baudouin.
 
:Cette toile (Voir photo en noir et blanc) fut restaurée en 2007, grâce au soutien soutien de la Fondation Roi Baudouin.
:- En 1825, il peint le portrait du François Fayet (1777-?), chirurgien militaire à Bayonne, (60 x 46 cm), (Musée de Bayonne). (Voir photo).
+
:- En 1825, il peint le portrait du François Fayet (1777-?), chirurgien militaire à Bayonne, (60 x 46 cm), (Musée de Bayonne) (Voir photo 2).
 
'''Tableaux de Jean-Hubert Tahan, dans la région :'''
 
'''Tableaux de Jean-Hubert Tahan, dans la région :'''
 
:- Une de ses œuvres s’intitulant : « ''L’Adoration du Sacré-Cœur'' », fut commandée par Jacques François Bardy,  prêtre de Saint-Maixent, en 1834 (Voir chapitre ci-dessus).  
 
:- Une de ses œuvres s’intitulant : « ''L’Adoration du Sacré-Cœur'' », fut commandée par Jacques François Bardy,  prêtre de Saint-Maixent, en 1834 (Voir chapitre ci-dessus).  
:- « ''Saint-Martin'' » (1838) visible en l’église de Fressines (79). (Voir photo).
+
:- « ''Saint-Martin'' » (1838) visible en l’église de Fressines (79). (Voir photo 4).
 
:- « ''Le Repentir de Saint-Pierre''  » (1838, consécration de la chapelle Saint-Sauveur) en l’église de Sainte-Marie de Ré (17)
 
:- « ''Le Repentir de Saint-Pierre''  » (1838, consécration de la chapelle Saint-Sauveur) en l’église de Sainte-Marie de Ré (17)
  
'''Tableaux au musée d’Agesci :'''
+
'''Tableaux au [[Musée Bernard d'Agesci]] :'''
 
:- « ''Le couronnement d’épines'' » copie (40 x 23 cm), réduction du tableau de Titien.
 
:- « ''Le couronnement d’épines'' » copie (40 x 23 cm), réduction du tableau de Titien.
 
:- « ''Saint Lambert'' »  Esquisse et réduction (39 x 32 cm) du tableau de Bartholomé Flamelle.
 
:- « ''Saint Lambert'' »  Esquisse et réduction (39 x 32 cm) du tableau de Bartholomé Flamelle.
Ligne 44 : Ligne 51 :
 
:*[https://www.pop.culture.gouv.fr/search/list?mainSearch=%22tahan%22 2 Tableaux Tahan]
 
:*[https://www.pop.culture.gouv.fr/search/list?mainSearch=%22tahan%22 2 Tableaux Tahan]
 
:*[https://webmuseo.com/ws/musee_basque/app/collection/record/2116  Portrait au musée de Bayonne.]
 
:*[https://webmuseo.com/ws/musee_basque/app/collection/record/2116  Portrait au musée de Bayonne.]
:* Le Vendéen, journal du Poitou (1835).
+
:*" ''Le Vendéen, journal du Poitou'' "(1835).
 
:*JMD
 
:*JMD

Version actuelle en date du 30 juin 2020 à 10:35


Article en construction, 30 juin 2020

Première Exposition à Niort. (" Le Vendéen, journal du Poitou " en 1834) (Ph 1).
François Fayet : exemple de Portrait réalisé par J H Tahan) (Ph 2).
Tableau représentant le " Le Martyre de Saint Lambert " (Cathédrale de Liège) (Ph 3).
Tableau représentant " Saint-Martin " (Église de Fressines) (Ph 4).

Biographie simplifiée

Jean-Hubert Tahan fut un peintre d’histoire, souvent religieuse, et de portrait.
Il est né le 8 novembre 1777 à Spa en Belgique, ses parents sont ébénistes, décorateurs d'arts.
Il fut, l’élève de Nicolas-Henri-Joseph de Fassin, peintre de paysages né à Liège (1728-1811), installé un temps à Spa.
En 1795 (1), Jean-Hubert Tahan part, comme conscrit, à Paris pour rejoindre l’armée française.
Étant au dépôt de son régiment à Paris, il entre à l’atelier de Jacques-Louis David (1748-1825), peintre de l’empereur Napoléon Bonaparte.
Jacques-Louis David le fit exempter du service de l'armée.

Jean-Hubert Tahan a probablement participé, en autre, à la réalisation des grandes fresques de son maître David :

Exemple :
« Sacre de l'empereur Napoléon Ier et couronnement de l'impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris , le 2 décembre 1804 » (621 x 979 cm).

En 1834, il expose à Niort (Voir photo 1) à l’hôtel des 3 pigeons (2), date à laquelle il s’établit définitivement dans cette ville, il a 57 ans.

Il réside près de l’Avenue de Limoges et des Sablières.
Sa présence à Niort lui permit sans doute de diffuser une partie de ses œuvres dans la région...

Il décède à Niort le 23 mai 1843, après y avoir vécut une dizaine d’années dans cette ville.

(1) En 1795, la Belgique est annexée à la France, la Belgique redeviendra indépendante en 1814.
(2) En 1834, l’hôtel des 3 pigeons était situé à proximité du Donjon près du magasin des pompes à incendies

Article paru dans " Le Vendéen Journal du Poitou " en 1835

Cet article nous indique que Jean-Hubert Tahan s’est bien installé à Niort à cette date, d’où il va diffuser ses toiles dans la région pendant une dizaine d’années :
«  M. J. H. TAHAN, peintre d’histoire et de portraits, artiste distingué, depuis peu fixé à Niort, vient de faire paraître un tableau représentant l’adoration du sacré cœur de S. M., tableau commandé par M. Bardy, curé de Saint-Maixent. Il est exposé dans une des salles du couvent des Dames de la Foi de cette ville.
Ce tableau, de forme et dimension à être placé dans une chapelle, contente généralement nos connaisseurs. Sur le premier plan, deux anges, noblement et correctement dessinés, à genoux sur des nuages, sont en adoration. L’onction, l’humilité et la modestie la plus profonde y sont parfaitement senties. Au dessus s’élèvent des têtes d’anges et de chérubins qui entourent le cœur, si savamment groupés, qu’ils intéressent les spectateurs. La douce variation des couleurs claire, obscure harmonie, tout concourt à faire admirablement ressortir les expressions qui forment l'ensemble général.
Quelques amis des Arts ayant été admis à visiter l’atelier de M. TAHAN, où ils ont vu plusieurs pièces capitales et autres productions d’une touche facile et harmonieuse, toutes de cet homme modeste et de talent, nous ne pouvons donc que nous féliciter de la détermination de cet ancien élève de David, d’être venu se fixer à Niort, où nous avons tout lieu d’espérer que son mérite sera apprécié. »

Quelques tableaux de Jean-Hubert Tahan

- En 1813, il peint pour la cathédrale de Liège, « Le Martyre de Saint Lambert », cette toile de grande dimension, (4,5 m x 3,5 m), est sans doute d’inspiration de Jacques-Louis David, dont il fut l’élève (Voir photo 3).
Cette toile (Voir photo en noir et blanc) fut restaurée en 2007, grâce au soutien soutien de la Fondation Roi Baudouin.
- En 1825, il peint le portrait du François Fayet (1777-?), chirurgien militaire à Bayonne, (60 x 46 cm), (Musée de Bayonne) (Voir photo 2).

Tableaux de Jean-Hubert Tahan, dans la région :

- Une de ses œuvres s’intitulant : « L’Adoration du Sacré-Cœur », fut commandée par Jacques François Bardy, prêtre de Saint-Maixent, en 1834 (Voir chapitre ci-dessus).
- « Saint-Martin » (1838) visible en l’église de Fressines (79). (Voir photo 4).
- « Le Repentir de Saint-Pierre  » (1838, consécration de la chapelle Saint-Sauveur) en l’église de Sainte-Marie de Ré (17)

Tableaux au Musée Bernard d'Agesci :

- « Le couronnement d’épines » copie (40 x 23 cm), réduction du tableau de Titien.
- « Saint Lambert » Esquisse et réduction (39 x 32 cm) du tableau de Bartholomé Flamelle.

Sources