Le logiciel MediaWiki a été mis à jour afin d’être plus rapide. Si vous observez des problèmes, veuillez laisser un message sur Le Bistro.
Il a été ajouté l’éditeur visuel pour faciliter l’édition (exemple) et un système de discussions amélioré (exemple).

Usine à Gaz et Electricité de Niort (Ancienne) : Différence entre versions

De WikiNiort
 
(5 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 23 : Ligne 23 :
 
:- L'ouverture en 1868 de la ligne de [[NIORT-FONTENAY-LE-COMTE (Ancien Chemin de Fer)|Chemin de fer entre Niort et Cholet]] permit le transport de la Houille.
 
:- L'ouverture en 1868 de la ligne de [[NIORT-FONTENAY-LE-COMTE (Ancien Chemin de Fer)|Chemin de fer entre Niort et Cholet]] permit le transport de la Houille.
 
:- L'usine procure des revenus important à [[Octroi à Sainte-Pezenne|l’Octroi]]...
 
:- L'usine procure des revenus important à [[Octroi à Sainte-Pezenne|l’Octroi]]...
 +
:Pour le premier trimestre '''1943''', après 100 années de fonctionnement, la taxe de remplacement des droits d'octroi est de '''4775''' francs.
 +
:Cette taxe s'appuie, sur les 874 tonnes de charbon utilisées, sur 569746 m3 de gaz vendus à Niort et les 14141 m3 vendus à Saint-Florent et Saint-Liguaire pendant le 1er trimestre 1943...
 
[[Fichier:1843 Distillation Gaz.jpg |250px|right|thumb|Dessin montrant la Distillation de la houille (1843).]]
 
[[Fichier:1843 Distillation Gaz.jpg |250px|right|thumb|Dessin montrant la Distillation de la houille (1843).]]
 
==Financement puis début difficile de l’Usine à Gaz==
 
==Financement puis début difficile de l’Usine à Gaz==
Ligne 99 : Ligne 101 :
 
:Deux gazomètres, aujourd'hui détruits, ont été construits entre 1885 et 1911.
 
:Deux gazomètres, aujourd'hui détruits, ont été construits entre 1885 et 1911.
 
:- Jean Fégeac directeur en 1927.  
 
:- Jean Fégeac directeur en 1927.  
:L’usine fut reconstruite en 1932.
+
:L’usine fut reconstruite en 1932, elle prend le nom de : "''Compagnie Française d'Éclairage et de Chauffage par le Gaz''".
 
:-Maurice Chardot (1892-1971), directeur de l’usine de Gaz en 1936.
 
:-Maurice Chardot (1892-1971), directeur de l’usine de Gaz en 1936.
 
:-Paul Chodilhon (1889-1964), fin des années 30 et début des années 40.
 
:-Paul Chodilhon (1889-1964), fin des années 30 et début des années 40.
Ligne 121 : Ligne 123 :
 
==Parking Marcel Paul==
 
==Parking Marcel Paul==
 
:Au début des années 1980 une partie de l’ancienne usine est démolie et un parking couvert y est construit.
 
:Au début des années 1980 une partie de l’ancienne usine est démolie et un parking couvert y est construit.
:Ce parking et la rue qui part en face portent le nom de Marcel Paul (1900-1982).
+
:Ce parking, la place et la rue qui part en face portent le nom de Marcel Paul (1900-1982).
 
:Marcel Paul fut ministre communiste de la Production industrielle en 1945 et 1946.
 
:Marcel Paul fut ministre communiste de la Production industrielle en 1945 et 1946.
 
:Le 8 avril 1946, le ministre signe la loi permettant la Nationalisation de l’électricité et du gaz, c’est la naissance d’EDF-GDF.  
 
:Le 8 avril 1946, le ministre signe la loi permettant la Nationalisation de l’électricité et du gaz, c’est la naissance d’EDF-GDF.  
Ligne 127 : Ligne 129 :
 
==Sources==
 
==Sources==
 
:*La houille et ses dérivés (1888) O. Chemin et F. Verdier (Bibliothèque des sciences et de l’industrie).
 
:*La houille et ses dérivés (1888) O. Chemin et F. Verdier (Bibliothèque des sciences et de l’industrie).
:*Mémorial de l’Ouest 1843, 1844.
+
:*Mémorial de l’Ouest 1843, 1844, 1904.
 
:*Archives municipales de Niort 79.
 
:*Archives municipales de Niort 79.
 
:*NR 1959, 2014,
 
:*NR 1959, 2014,
Ligne 136 : Ligne 138 :
 
Fichier:1843 Epuration Gaz.jpg|Dessin de 1843, montrant l'épuration de la houille.  
 
Fichier:1843 Epuration Gaz.jpg|Dessin de 1843, montrant l'épuration de la houille.  
 
Fichier:Faymoreau Mine.jpg|Les mines de Faymoreau Début XXe.
 
Fichier:Faymoreau Mine.jpg|Les mines de Faymoreau Début XXe.
 +
Fichier:1844 Candelabres.jpg|En 1844, liste des places et rues où les candélabres sont installés (Mémorial de l'Ouest).
 
Fichier:1845 Sig Petition.jpg|Photo des signatures de la pétition des habitants de la rue d'Échiré en 1845.
 
Fichier:1845 Sig Petition.jpg|Photo des signatures de la pétition des habitants de la rue d'Échiré en 1845.
 +
Fichier:Hotel Boutin.jpg|Un réverbère est installé en 1900 sur la Place du Temple.
 +
Fichier:1904 Medaille.jpg|En 1904, décoration d'un allumeur de réverbère...
 
</gallery>
 
</gallery>

Version actuelle en date du 15 août 2022 à 17:42

Article en construction 25 mai 2022

Enquête de la Mairie de Niort pour la réaliation de l'Usine à Gaz (Extrait "Mémorial de l'Ouest" 1843.)
Extrait Cadastre de Niort de 1846.

Usine à Gaz de Niort, historique

Le 23 mars 1843, une enquête est menée par la mairie de Niort pour la demande de création d’une usine de fabrication de gaz hydrogéné par la distillation de la houille.

Jean-François Barbaste entrepreneur de Travaux publics à la Rochelle et Jean-Pierre Chambeyron ingénieur Civil avait, en 1841, édifié une usine à gaz à la Rochelle.
Sous le nom de leur nouvelle Société : « Chamberon et Barbaste », ils décident de construire une usine pour la même fonction à Niort.
L’achat du terrain eut lieu, rue du Paradis, aujourd’hui rue de la Boule d’Or, le 22 juin 1843.
Cette demande aboutit à la construction, en cette année 1843, d’une Usine à Gaz, rue de Paradis sur un terrain dit de la Grande Guiguette (Voir photo).
Les travaux de construction sont suivis par M. Hugon, une cheminée de 33 m domine le chantier...
L’inauguration de cette usine eut lieu le vendredi 8 décembre 1843 en présence du préfet et du maire provisoire de Niort.

En 1844, sur l’annuaire des Deux-Sèvres est noté :

« Il faut féliciter les entrepreneurs de leur bel établissement...
L’usine qui ne laisse rien à désirer, ne fournit-elle pas un gaz blanc, pur, bien éclairant dont la stabilité de la flamme, sans odeur, ni fumée, permet l’usage de à toute espèce d’atelier.
Cette usine peut alimenter plus de 1000 becs dont certains sont déjà en usage dans certains magasins tandis que d’autres éclairent plusieurs rues niortaises... »

Le fonctionnement à Niort de cette usine fait apparaître plusieurs avantages :

- L’usine est source d’emplois de plusieurs hommes,
- Elle permet un débouché pour les mines de houille de Saint-Laurs, Faymoreau,
- L'ouverture en 1868 de la ligne de Chemin de fer entre Niort et Cholet permit le transport de la Houille.
- L'usine procure des revenus important à l’Octroi...
Pour le premier trimestre 1943, après 100 années de fonctionnement, la taxe de remplacement des droits d'octroi est de 4775 francs.
Cette taxe s'appuie, sur les 874 tonnes de charbon utilisées, sur 569746 m3 de gaz vendus à Niort et les 14141 m3 vendus à Saint-Florent et Saint-Liguaire pendant le 1er trimestre 1943...
Dessin montrant la Distillation de la houille (1843).

Financement puis début difficile de l’Usine à Gaz

Le 11 avril 1843, François-Dominique Verdier dit M. Verdier l’aîné, au terme d’un traité avec l’administration de la ville de Niort doit poser des lanternes à Gaz dans toutes les rues canalisées.
Le 19 avril 1844, François-Dominique Verdier, Jean-François Barbaste, Jean-Pierre Chambeyron créent officiellement par acte notarié, une société ayant pour objet l’éclairage l’éclairage public et particulier par le gaz hydrogène dans la ville de Niort.
Selon les actes, la durée de la Société est prévues pour 18 années, soit jusqu’en 1861.
Le fonds social est fixé à 40 000 francs, les 3/4 pour François-Dominique Verdier et le quart restant pour Jean-François Barbaste et Jean-Pierre Chambeyron.
Quelques années plus tard, en 1848, François-Dominique Verdier sollicite le maire de Niort :
« Citoyen Maire,
Au moment ou vous allez vous occuper du budget de la commune pour l’exercice de 1849, je viens vous soumettre diverses demandes de dépenses relatives à l’éclairage public.
Les administrations provisoires qui vous ont succédé, avaient décidé que l’on allumeraient les lanternes publiques pendant trois heures chaque nuit etc... »
Il donne un certain nombres d’exemples où il serait judicieux de poser de nouveaux réverbères au Gaz de sa production...
Il termine par ces mots :
« Salut de Fraternité, Verdier l’ainé... »

Faillite de 1850

La propriété passe vers 1847 aux mains de Jules Larchier, baron de Courcelles (1785-1855), propriétaire, investisseur, manufacturier, inventeur... 

Celui-ci laisse la direction de l’usine à François-Dominique Verdier l’aîné entrepreneur d’éclairage domicilié à Niort. (Voir photo).
Sur les notes de la Jurisprudence qui établisse la faillite de l’usine, il est noté que, le 5 juillet 1847, Jules Larchier, baron de Courcelles avait loué cette usine à M. Blanchet pour 24 000 Francs.
M. Blanchet sous-loue pour la même somme à M. Verdier l’aîné, qui en est toujours le premier directeur de l’usine.
Le 14 novembre 1849, Jules Larchier, baron de Courcelles n’étant pas payé de ses loyers, demande une saisie-arrêt auprès du receveur municipal de la ville de Niort.
Finalement. François-Dominique Verdier l’Aîné est déclaré en faillite avec ouverture de celle-ci le 27 mars 1850.
S’en suit une longue procédure judiciaire de plusieurs années entre 1850 et 1855, date du décès du requérant Jules Larchier, baron de Courcelles, le 20 mars 1855. (Voir annexe ci-dessous).
Annexe : -► Compte rendu du jugement de la faillite de 1850.

Changement de propriétaire de l’Usine à Gaz

le 1er janvier 1857 et pour 30 ans, Henry Duval obtient la concession de l’éclairage public de Niort.

La Société Henry Duval et Cie étant elle-même constituée de 5 personnes dont Théophile Bordier, alors maire de Nanteuil et de son épouse Isabelle Duval habitant le Château de Fougeré de Nanteuil.
Dans une lettre du 5 janvier 1876, Charles-Marie-Henry Duval informe le Maire qu’il vient de céder tous ses droits pour l’exploitation de l’usine à Gaz, de sa Société Henry Duval et Cie, à la Compagnie française pour l’Industrie du Gaz dont le siège est à Paris.
Vente du Coke et évolution du prix...

Vente de coke

L’obtention du gaz par distillation de la houille, donne, en autre, un résidu appelé coke.

Vendu à bas prix, le coke brûle presque sans fumée et avec peu d’odeur.
La chaleur rayonnante produite du coke en combustion est très intense et permet d’obtenir un très bon chauffage dans les cheminées.

100 kg de charbons distillés produisent en moyenne :

- Coke : 65 kg
- Gaz d’éclairage 28 m3 soit 15 kg
- Goudron : 5 kg
- Eau ammoniacale 7 kg
- Acide carbonique, hydrogène sulfuré et divers 8 kg.

On trouve à la vente pendant la première guerre mondiale différentes catégories de coke, les prix vont être multipliés par 2 ou 3 dès la déclaration de la guerre (voir photo).

Vente du Gaz aux particuliers.

Utilisation du Gaz

La production du gaz par distillation de la houille avait pour premier objectif de généraliser l’éclairage public dans les villes. Le gaz fut aussi distribué aux consommateurs :

- Soit de manière portatives sous forme de gaz comprimé,
- Soit par canalisations enterrées qui furent réalisées au tout début en poterie puis en bois, papier goudronnée, métal (Fonte, plomb)... (Voir photo 1914, installation en location).

Éclairage public de la ville de Niort

Éclairage à l’huile :

L’éclairage de la ville de Niort a débuté après la révolution, cet éclairage est alors obtenu par des réverbères à l’huile :
« Aujourd’hui, 15 vendémiaire an XIV par devant moi, maire de Niort, il a été procédé à l’adjudication du bail de l’éclairage de la ville...
L’adjudication fournira à chaque réverbère la quantité d’huile qui lui sera nécessaire pour bien et constamment éclairer de la nuit tombante jusqu’à la pointe du jour... »
Réclame Usine à Gaz (1930).

Éclairage au Gaz :

Le lundi 18 décembre 1843, les premiers candélabres alimentés au gaz illuminent le centre de la ville de Niort jusqu’à 1h du matin.
Dès janvier 1844, les riverains demandent à l’autorité municipale de prolonger de 1 ou 2 heures le nouvel éclairage au gaz, ce qui était le cas des réverbères à l’huile qui fonctionnaient précédemment jusqu’à 2h du matin.
En 1845, de nombreuses lettres de pétitions demandent instamment l’installation de nouveaux réverbères au gaz dans leur rue, exemple d’une lettre des habitants de la rue d’Échiré (Aujourd’hui : rue du Maréchal Leclerc) :
« Monsieur le maire,
La rue d’Échiré où nous habitons est très populeuse et présente même à une heure avancée de la nuit un mouvement habituel.
Cette rue renferme plusieurs auberges qui, nécessairement, fournissent l’occasion d’un va et vient source de dangers surtout pendant l’obscurité.
Les ouvriers loin dans la campagne, sont souvent embarrassés au milieu des voitures de toute espèce lorsqu’ils traversent la rue d’Échiré.
À toute heure, c’est un lieu de passage où l’on échappe difficilement à de fâcheux accidents.
Nous vous supplions, Monsieur le Maire, de vouloir bien demander au Conseil Municipal l’allocation de la somme nécessaire pour l’entretien d’un réverbère qui serait placé beaucoup plus haut que celui qui a été fixé au commencement de la rue, c’est à dire à quelques mètres avant la barrière.
Nous sommes, avec la plus grande reconnaissance et le plus profond respect, Monsieur le Maire.
Vos très humbles et très obéissants serviteurs... »

Éclairage électrique :

En 1899, la ville de Niort qui était éclairée au gaz depuis 1844, s’entendit avec la compagnie d’électricité des Deux-Sèvres en vue de l’établissement d’un réseau urbain de distribution de l’énergie électrique.
Le dimanche 22 décembre 1900 fut inauguré les premiers essais d’éclairage électrique de la voie publique.
Ces essais parfaitement réussis se sont limités aux rues Victor Hugo et Ricard :
-Rue Victor Hugo : 5 lampes à arc système Bardon de 10 Ampères.
-Rue Ricard : 4 lampes : 2 systèmes Jandus et 2 système Bardon.
En janvier 1911, l’Usine à gaz et électrique remplace pour expérience près de l’entrée du Passage du Commerce une des lampes à arc par 4 lampes à incandescence d’une puissance totale de 200 bougies.
Fin de l'usine à Gaz de Niort en 1959.

Quelques Directeurs de l’Usine à Gaz Niort

- François-Dominique Verdier aîné et Cie, à partir de 1843, est le premier directeur, sa faillite est déclarée en 1850.
- Charles-Marie-Henry Duval de 1857 à 1876
- Alphonse Schauffler (1) (1857-1942) directeur de 1895 à 1927.
Deux gazomètres, aujourd'hui détruits, ont été construits entre 1885 et 1911.
- Jean Fégeac directeur en 1927.
L’usine fut reconstruite en 1932, elle prend le nom de : "Compagnie Française d'Éclairage et de Chauffage par le Gaz".
-Maurice Chardot (1892-1971), directeur de l’usine de Gaz en 1936.
-Paul Chodilhon (1889-1964), fin des années 30 et début des années 40.

Cette usine devient au début du XXe siècle :

- Exploitation Gaz et Électricité.
- ÉLECTRICITÉ DE FRANCE—GAZ DE FRANCE en 1946.
(Centre de distribution mixte de Poitiers, Subdivision de Niort)
(1) Alphonse Schauffler, ingénieur chimiste, fut très impliqué dans la vie niortaise.
En août 1919, Alphonse Schauffler est membre du comité de parrainage des communes dévastées par la guerre 14/18, il décide d’aller sur place pour se rendre compte des besoins urgents de Brin-sur-Seille.
Depuis 2014, un rond-point situé sur l’avenue de la Rochelle, au bout de la rue de la Marne, porte son nom.
Ce rond point qui s’appelait jusqu’alors Rond-Point de l’Automobile Club, s’appelle désormais Rond-Point Alphonse Schauffler.
Celui-ci fut le fondateur de l’Automobile-Club en 1911 et son premier président jusqu’en 1922.
Bâtiment EDF (2022).

Arrivée du Gaz naturel et fin de la production du gaz à partir de la houille

En fin d’année 1951, un gisement de gaz naturel est découvert à Lacq dans les Pyrénées-Atlantiques
En avril 1956, le député niortais Roger Chatelain participe à une conférence technique et économique de la région du Centre-Ouest sur la prochaine mise en exploitation du gaz de Lacq, cette utilisation est considérée alors comme un facteur du développement économique.

Le 27 octobre 1959, la presse régionale annonce : « Ce soir le Gaz de Lacq arrive dans un secteur du Centre Niortais. »

Les rues concernées par cette distributions sont principalement les rues du centre ville.
L’arrêt définitif de l’usine à Gaz à Niort, obtenue à partir de la houille, à lieu fin novembre 1959.
En 2022, le Gaz de Lacq étant épuisé depuis une vingtaine d’années le gaz naturel distribué à Niort a différentes origines.

Parking Marcel Paul

Au début des années 1980 une partie de l’ancienne usine est démolie et un parking couvert y est construit.
Ce parking, la place et la rue qui part en face portent le nom de Marcel Paul (1900-1982).
Marcel Paul fut ministre communiste de la Production industrielle en 1945 et 1946.
Le 8 avril 1946, le ministre signe la loi permettant la Nationalisation de l’électricité et du gaz, c’est la naissance d’EDF-GDF.
La Place Marcel Paul fut inaugurée le 8 mai 1983 en présence du Maire René Gaillard.

Sources

  • La houille et ses dérivés (1888) O. Chemin et F. Verdier (Bibliothèque des sciences et de l’industrie).
  • Mémorial de l’Ouest 1843, 1844, 1904.
  • Archives municipales de Niort 79.
  • NR 1959, 2014,
  • JMD
Cliquez sur l’image pour l’agrandir