Le logiciel MediaWiki a été mis à jour afin d’être plus rapide. Si vous observez des problèmes, veuillez laisser un message sur Le Bistro.
Il a été ajouté l’éditeur visuel pour faciliter l’édition (exemple) et un système de discussions amélioré (exemple).

Colonne du cimetière de Souché

De WikiNiort
Colonne situé dans le cimetière de Souché.
Reproduction de la plaque située sur la colonne.

Situation de la colonne de Souché

Cette colonne se situe à proximité du monument aux morts. La concession étant à l'abandon, elle est aujourd'hui propriété de la ville de Niort qui l'a récemment restaurée.

Cette colonne d'environ 5 mètres de haut a un chapiteau de style dorique surmonté d'une vasque et à sa base est posée une plaque en bronze. (Voir photo 1)

Sur celle-ci est gravée une épitaphe en l'honneur : « d'un époux et d'un père » et que : « ce monument...est élevé par sa veuve et par son fils ». Par contre aucun nom ou prénom n'y est inscrit. (Voir photo 2)

Pierres tombales

Face à cette colonne se trouvent 3 pierres tombales en calcaire et en forme de « dos d'âne ».

  • Celle de droite est la seule a avoir une inscription :

Il s'agit donc de la sépulture de Louise Elisabeth Delavault décédée à Souché le 21 août 1829.

Elle est née à Niort le 26 octobre 1760 et s'y est mariée le 18 août 1781 avec Joseph Gabriel Grellet Desprades.

  • La tombe du milieu doit être celle de Joseph Gabriel Grellet Desprades, né le 16 mars 1749 à Limoges.

Il a hérité de son père, Joseph Grellet Desprades, d'importantes propriétés et des titres : « d'écuyer (1), seigneur de Loublande et autres lieux ».

Lors de son mariage, il reçoit en dot (2) de son épouse, le domaine de la Moujaterie (3) à Souché.

C'est donc un grand propriétaire, mais aussi un notable. En effet, sous la révolution il est nommé chef de la Garde Nationale (4).

Joseph-Gabriel Grellet Desprades fut le créateur des jardins de la Moujaterie.

Ce jardin fut longtemps une des curiosités des environs de Niort.

Le Préfet Dupin disait en l’an XII (1802) :

« On remarque à Souché les jardins et les bosquets de la Moujaterie, les plus beaux du Département... »

Par la suite il devient Agent municipal de Souché en l'an IV (1795) puis Maire de Souché jusqu'à son décès le 13 juin 1823.

  • La dernière tombe serait donc celle de leur fils : Gabriel Joseph Grellet Desprades né à Niort le 12 mars 1787, naturalisé Suisse, décédé à Souché à la Moujaterie le 11 mars 1842 à l'âge de 61 ans.

On peut donc conclure avec certitude que cette colonne a été élevée (financée) par Louise Elisabeth Delavaut et par son fils Gabriel Joseph Grellet Desprades en l'honneur de Joseph Gabriel Desprades époux et père.

  • (1) Ecuyer : A l'origine, au moyen-âge, un écuyer est un gentilhomme qui accompagne un chevalier. Sous l'ancien régime le rang d'écuyer n'était pas un titre de noblesse mais une façon de qualifier un noble. C'est un titre honorifique.
  • (2) Dot : Biens qu'une femme apporte lors de son mariage au patrimoine du nouveau ménage.
  • (3) Moujaterie : Vaste domaine dominant la vallée du Lambon et le bourg de Souché. Outre des terres il comprend un logis composé de 6 corps de bâtiment avec jardins à la française. De ce logis il ne reste aujourd'hui qu'un seul bâtiment appelé « château ».
  • (4) Garde nationale : Nom donné sous la révolution française à la milice de citoyens formée dans chaque ville ; elle a existé en France jusqu'à sa dissolution en juillet 1871 aux lendemains de la Commune de Paris.

Épisodes de la Révolution de 1789

  • On raconte qu’après la révolution, Michel André Delavault, père de Louise Elisabeth, juge et échevin de Niort, seigneur de la Moujaterie se cacha à Souché.

Au bout de 3 mois, il fut découvert et passé par les armes.

  • Son cousin, Alexandre Assailly, écuyer, seigneur de la Salmondière à Vouillé, eut une meilleure idée.

Afin d’échapper aux balles et au courroux du peuple, il se cacha chez un de ses fermiers à Martigny, commune d’Aiffres.

Chaque matin, il nettoyait les écuries et roulait les brouettes.

Ainsi, en acceptant de faire un travail pénible et un peu humiliant pour un seigneur, il ne fut jamais découvert.

Sources

  • Archives départementales 79  : registres paroissiaux et d'état civil, cadastre.
  • Wiki-Niort.
  • Services du conservatoire des cimetières de la ville de Niort.
  • Mémoires Société S. S. L. A. des Deux-Sèvres 1885.
  • Presse NR 1969.
  • Article réalisé par Maurice Vinck et Jean-Michel Dallet,
  • « Hier Souché » Mars 2017.
Cliquez sur les images pour les agrandir