Le logiciel MediaWiki a été mis à jour afin d’être plus rapide. Si vous observez des problèmes, veuillez laisser un message sur Le Bistro.
Il a été ajouté l’éditeur visuel pour faciliter l’édition (exemple) et un système de discussions amélioré (exemple).

Notre Dame de Niort au cours des siècles

De WikiNiort

Article en construction, octobre 2019

Dessin ND Niort 1839.
Porte Nord, gothique flamboyant .
Plan XVe quartier ND Niort.
Mur Nord : Inscription Bidon.
Extrait : presse 1910.
Face Ouest (XXe siècle) .
Cloche de Notre Dame (Photo 1994, extrait Vivre à Niort).
Extrait juin 1914 : Travaux de restauration.

Origine

Au Moyen Âge, un prieuré nommé Sainte-Marie, construit par les bénédictins de l’abbaye de Charroux occupait le site du pensionnat Saint-Joseph, aujourd’hui, collège Antoine de Saint-Exupéry.
Au XIIIe siècle, une chapelle romane s’étendait jusqu’au chœur actuel de l’église Notre-Dame à l’ouest.

Construction de l’église

  • Sa construction a commencé au début du XVe siècle comme semble l’attester cette inscription :
 «  Le 26e jour du mois de mey 
Mil quatre cent et onze
À l’honneur du souverain roy
Et de marie en grand triomphe
Firent cet euvre commencer
Pierre Sabourin et Jéhan Richer
De l’église les fabriqueurs
Pries Dieu qu’il oye leurs clameurs. »
  • La construction s’échelonna sur plusieurs siècles :
Mathurin Berthomé, maître d’œuvre du Pilori, participa à l’avancée des travaux.
En 1534, lors de l’agrandissement de l’église, elle est toujours ouverte à l’ouest.
La vieille muraille est abattue, les pierres sont amoncelées un nouveau mur est commencé.
Les fabriqueurs se plaignent car les fossés destinés à recevoir les contreforts sont vides.
Le maître maçon qui convient d’élever les murs en même temps que les contreforts refuse de le faire !
Afin de résoudre ces différents, on appelle un éminent maçon de Maillezais, Maître Blaise.
Celui-ci vient visiter en compagnie de Mathurin Berthomé et les fabriqueurs de l’église ouverte à tout vent.
C’est un dimanche, la foule est nombreuse et impatiente de voir avancer les travaux.
Au milieu de cette assemblée, Maître Olivier Roy, procureur de la fabrique s’adresse à Mathurin Berthomé, il lui dit :
« Ne va pas bien, maître Mathurin, du côté prieuré, pourquoi ne construisez pas les piliers ?
-Je ne puis faire autrement, dit Berthomé ; le prieur est à craindre, je redoute ses poursuites : d’ailleurs, les pierres sont prêtes pour élever des piliers à l’intérieur, c’est ce qu’il faut.
- Non, non, répondit maître Blaise, pour le profit de la besogne et contre pousser aux voûtes, les piliers se doivent asseoir au dehors de l’église, au dedans, ils ne serviraient de guères ».
Le mur de l’Ouest fut finalement érigé, sa construction est faite par un mur plat et aveugle. (Voir photo).
En 1850, ce mur à l’ouest fut percé pour y inclure une rosace.
Sa flèche haute de 74m ne fut achevée que la dernière année du XVe siècle.
En septembre 1737 et en novembre 1793, l’orage frappa la flèche, ce qui entraîna de sérieuses réparations...
  • En 1853, c'est Segretain qui dirigea la restauration de l'extrémité de la flèche, très dégradée.
À la suite de ces travaux, Pierre-Théophile Segretain écrit une lettre à Prosper Mérimée, inspecteur général des Monuments historiques (Extraits) :
« J’ai dernièrement réparé la flèche de ND de Niort, dont la pointe était, sans qu'il y parût, dans le plus mauvais état ; nous en avons refait à neuf dix mètres de hauteur et cela a coûté, avec les frais d'un paratonnerre, 1 600 francs dont la moitié a été absorbée par les échafaudages, quoique je les eusse établis de manière à réunir la solidité et la sécurité à l'économie. Vous voyez que ce n’est pas si dispendieux qu’on croit de travailler à quatre-vingts mètres de hauteur... »
  • Ancienne porte d’entrée située au Nord :
Normalement la porte principale d’entrée aurait du ouvrir à l’ouest, comme pour la majorité des églises.
Ceci ne fut pas possible à cause de la présence du prieuré.
Une porte de forme ogivale, remarquable d’élégance de style gothique flamboyant, fut ouverte au nord (Voir photo).
Cette porte a rapidement perdu sa fonction d’entrée principale, elle fut condamnée.
En 1771, 2 portes furent ouvertes à l’est, afin de remplacer l’entrée qui se faisait au nord.
Aujourd’hui, l’entrée de l’église se fait par une porte située sur la face sud.
  • Aumône du Bidon :
Près de la porte nord, à gauche, à mi hauteur, on remarque une pierre sur laquelle une inscription n’est plus lisible. (Voir photo)
Cette inscription indiquait la présence de l’aumône du Bidon. (Une tour des anciens remparts située à proximité se nommait : Tour du Bidon).
Cette aumône était distribuée aux pauvres par le Prieur, les lundi, mercredi et vendredi, du premier jour du carême jusqu’à la Saint-Jean Baptiste...
L'aumône, sous cette forme, semble avoir pris fin à la fin du XVIIe siècle.

Événements historiques

  • Les guerres de religion :
Au XVIe siècle, les guerres de religion endommagèrent gravement l’église.
En 1562, les églises de Niort furent pillées par les protestants.
En 1588, l'église de Saint-Gaudens fut même détruite.
L’église Notre Dame fut même recouverte de roseaux entre 1588 et 1599...
  • Ouverture de deux portes à l’Est et changement de place des autels :
Entre 1770 et 1774, l’architecte Étienne Dumesnil fit alors ouvrir, des deux côtés de ce mur, situé à l’est, deux portes en coupant les verrières gothiques.
En 1772, on changea les autels de la paroisse de Notre-Dame de Niort, pour mieux décorer l’église, du levant où elles étaient au couchant…
Une anecdote veut que ce changement de l’est à l’ouest fut demandé par les prêtres :
À cette époque, le bêlement des chèvres, les jours de marché qui se tenaient sur la Place du Petit Saint-Maixent, aujourd’hui appelée : Place du Parvis Notre Dame, gênait le bon déroulement des offices...
  • Notre Dame à la révolution de 1789 :
Pendant les années proches de la révolution, l’église servit :
- De salle de réunion de la Société populaire,
-De casernement
- De marché,
- D’hôpital militaire...
En 1793 et 1794, l’église subit de nombreuses dégradations, vitraux et statues brisés.
Entre 1795 et 1798, l’église est rendue au culte.
  • Écroulement de la voûte coté ouest :
En 1908, lors de la restauration du grand portail nord les premières alertes sur la fragilité des piliers apparaissent.
Le 14 novembre 1910, la voûte du chœur s’effondra, le lendemain, se fut les deux voûtes latérales qui s’effondrèrent…
Les travaux qui commencèrent en 1911, furent suivis par le chanoine F. J. Cluzeau, elles durèrent jusqu’en 1916.
La Réfection des chapiteaux fut confiée à Auguste Hervé, sculpteur au 50, Avenue de Paris.
L'inauguration de la fin des travaux, présidée par l'évêque de Poitiers, se déroula le jeudi 1er juin 1916.
  • Travaux de rénovation en 1998 :
Le 19 juin 1998, l’église fut fermée pour rénovation des voûtes et la pose du vitrail de Jessé.
Elle fut rouverte aux fidèles quelques mois plus tard...

Histoires des cloches

Les premières cloches de Notre Dame date de 1550.
En juin 1739, une des cloches de Notre Dame est refondue par Jean-Baptiste Le Brun, fondeur de cloches.

Le 20 septembre 1793, le Conseil général de la commune de Niort émet un arrêté :

« Dans le jour, on ferait descendre les cloches des clochers de toutes les églises, excepté la plus grosse de chaque clocher et, en outre, celle qui sert à sonner la retraite à Notre-Dame ».
Les citoyens Ducrocq Labretonnière et Grosgrain avaient été nommés commissaires pour surveiller cette opération impérieusement commandée par la loi.
En même temps le maire Jean de Dieu Cruvelier faisait embarquer sur la Sèvre les cloches enlevées à différentes églises et les expédiait à la monnaie de La Rochelle...

Identification des cloches présentent aujourd’hui dans le clocher :

-Marie-Louise-Aurore qui date de 1830 et dont le parrain est Henri Filleau (1784-1844) qui fut archiprêtre de Notre Dame.
-Radégonde qui date de 1856 dont le parrain est Paul-François Proust (1791-1881) qui fut maire de Niort.

Changement de la chaire vers 1877

La première chaire, haute de plus de 5 m, sans doute sculptée par les moines de l’Abbaye des Châteliers au XVIIe siècle fut vendue par la fabrique.
Cette vente se fit, pour 500 F, à la Paroisse de Château-Larcher (86) et installée, depuis lors, dans l’église de cette commune.
Cette chaire fut remplacée en 1877, dans l’église Notre Dame de Niort, par une riche chaire gothique.
Lien : Patrimoine Notre Dame de Niort

Restauration du coq en 1937

En 1937, le coq est restauré par :

- Gaston Migault, 56, avenue de Limoges pour la maçonnerie,
- Gaston François, 58, rue Gambetta pour la la ferronnerie.

En 1937, M. François relève :

-Inscription sur la queue du coq :
" Le coq a été fabriqué et installé le 26 juillet 1816, monté par Chaput, recouvreur, sous la Fabrique de MM. Cuvelier aîné, Bernard, Laqueray et Guérineau. "
-Dimensions du coq mesurées :
" Le coq mesure 1,10m de longueur, 0,60m de longueur et 0,25m de diamètre. "

Sur les pierres de la flèche à 5m de l’extrême pointe, les inscriptions suivantes y sont gravées :

AM DILLÉ
I. DILLÉ L’AINÉ
I. DILLÉ 1738.
Ligne recouverte par un lien de fer
CHEB FABRIC 1678
La restauration de 1738, par l'entreprise Dillé, est sans doute consécutive aux dégâts générés par la foudre en 1737.

Sources

  • Mémoires des Antiquaires de l’Ouest, Charles Arnault (1839).
  • " Notre Dame de Niort en Poitou ", Abbé J. M. Main de Boissière. (1934).
  • Archives 86 : " Le Journal de la Vienne et des Deux-Sèvres et de la Vendée ".
  • L'Eglise et la Révolution à Niort et dans les Deux-Sèvres (Lastic-Saint-Jal).
  • " Mémorial de l'Ouest ", 1936, juin 1915.
  • Vivre à Niort 1994.
  • Marie Allaire 1998.
  • JMD.